Publié le

J’aime aller courir …

J'aime courir ...
J’aime courir …

La course à pied et le yoga se sont développé d’une façon incroyable ces dernières années. Je pense que le budget de chacun de nous y est pour quelque chose aussi – avec un peu de connaissance on peut pratiquer ses deux activités facilement chez soi. Et comment je suis venu à aller courir moi ? J’avais commencé il y a environ deux ans. Mes filles voulaient s’entraîner pour une course à l’école et je suis allée avec elles. Quand j’étais à l’école moi-même j’aimais beaucoup la course d’endurance, passer des heures dans la forêt et suivre un chemin sur une carte. Peu importe le temps qu’il fait … pas trop froid quand même. Le temps n’était pas un problème pour moi car j’adorais déjà depuis toujours de trainer avec des chevaux dehors, m’en occuper et des fois les monter. En France j’ai eu la possibilité pendant quelques années de me payer une heure d’équitation au centre UCPA à Vincennes à l’époque où j’habitais encore à Paris. J’ai même poursuivi pendant un an aux environs de Fontainebleau et j’ai gardé des souvenirs formidables. Mais l’époque a changé et pour l’instant je ne dispose plus des moyens d’aller faire du cheval quelque part. Donc je me suis dit un moment donné : si un jour j’ai l’occasion de remonter sur le dos d’un cheval et partir en balade j’ai envie d’en profiter pleinement et ne pas souffrir bêtement des points de côté ou être essoufflé.

Aller courir pour être bien dans ses baskets !
Aller courir pour être bien dans ses baskets !

En allant courir avec mes filles je me suis rendu compte que je me souvenais très bien d’une certaine technique de respiration du temps de mes courses d’endurance dans ma jeunesse. J’ai expliqué comme je pouvais à mes filles mais je suis persuadée que chaque personne doit l’expérimenter elle-même et trouver son souffle. Car sans souffle on ne va pas loin, impossible d’enchainer des kilomètres si on respire mal, ou pire – quand on bloque sa respiration. Et croyez-le ou non, j’ai découvert que nous sommes des experts en apnée dans nos contrés … je m’inclus dedans.

Alors j’avais pris mes vieilles baskets de rando et je suis parti courir, des petits tours d’environ 4 kilomètres. Je ne savais même pas combien j’étais capable de faire. Je peux le dire maintenant, car je connais tellement bien les distances sur les chemins en forêt que j’aime tant.

Un peu de jus de citron pour bien s'hydrater après
Un peu de jus de citron pour bien s’hydrater après

Et c’est vrai – le plus dur est le début, on trouve des tas d’excuses pourquoi on a mal et qu’est-ce qui se passe avec notre corps, on pense à l’âge qu’on a, ce qu’on a vécu, bref, on pense beaucoup trop, tellement, qu’on respire mal justement. Au début il n’en était pas question pour moi de participer à une course officielle. Aller courir c’était un truc pour moi seul. Je n’avais aucune envie de voir d’autre courir. J’avais même refusé de participer à une course caritative avec laquelle mon employeur allait organiser nos inscriptions. Mais les mois ont passé et mes collègues de travail ont insisté pour que je m’inscris avec elles à la course « La Parisienne ». Alors pour faire plaisir aux copines j’avais joué le jeu. Plus la date approchait plus les autres avaient plus envie d’y aller. Je me suis renseignée sur l’internet sur cette course et envoyant toutes ces images de filles en train se marrer pendant la course j’étais conquise. C’était une grosse fête quoi et en plus en allait avoir des cadeaux. C’était vraiment cool… j’espère pouvoir participer à la prochaine.

Après l'effort le réconfort ....
Après l’effort le réconfort ….

Un autre objectif pour moi va être un « Colour Run » mais ça c’est pour l’été, j’en parlerais plus tard…

Pour l’instant je raconte mes courses pendant mes jours de congé, donc facilement deux fois par semaine. Je suis allée jusqu’à 17 kilomètres. C’est une sensation incroyable de pouvoir enchainer des kilomètres par ses propres moyens. On respire lentement et profondément, on perçoit les changements des saisons et on prend un bain de lumière et d’air frais tout simplement. Les jambes et tout le corps se renforcent au fur et à mesure et on apprend à être patient avec soi-même. Seulement avec la persévérance on progresse et on avance. Un de mes écrivains préférés a également décidé un beau jour d’aller courir régulièrement et est devenu marathonien. Haruki Murakami – ce fait important dans sa vie lui a inspiré un livre – « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond » il se trouve sur ma « wishlist ».

p.s. : Mon produit fétiche pour récupérer après la course est l’huile d’arnica chez Weleda

p.s.s. : Croisez les doigts pour moi ! J’aimerais bien aller courir demain matin, je me suis foulée la cheville il y a trois semaines mais j’aimerais reprendre quand même …

 

 

5 réflexions au sujet de « J’aime aller courir … »

  1. Merci de nous faire (re)découvrir les plaisirs simples du quotidien, t’es une chouette fille!

    1. Merci Yves ! Pour tout te dire l’idée d’écrire précisément ce blog avec cette thématique m’est venu à un moment où tout semblait aller de travers et aucun de nos projets avançaient. Alors je me suis mise en tête d’écrire sur ce qui va bien . Ça ne change pas grand chose sauf que le positif prend plus de place dans une journée, et ensuite les semaines, les mois … et je suis plus attentive aux détails quand je pense qu’un sujet peut être un thème du prochain billet pour mon blog .
      Belle journée à toi !
      Amitiés
      Lucie

  2. Trop dommage pour ta blessure :/ fais attention à toi, soigne la bien, sinon en course à pied ça peut vite revenir !
    En tout cas très chouette article 🙂

    1. Merci ! Les blessures du pieds sont long à soigérer mais on apprend la patience. Belle journée à toi !

  3. […] courage pour chausser mes baskets et partir pour un jogging de quelques kilomètres en forêt … j’adore ça ! Le froid n’est plus un problème […]

Laisser un commentaire