Pourquoi j’ai besoin de la méthode Happy Millefeuille ?


Art Thérapie, Images, Méthode Happy Millefeuille / mardi, avril 28th, 2020
1

Bonjour, certains entre mes amis le savent, j’ai failli fermer ce blog même après mes dernières vidéos plutôt amusantes. Je me suis trouvée à un stade ou je pensais même me détacher de tous les réseaux sociaux, j’étais en mode « à quoi ça sert tout ça ». J’avais du mal à m’identifier avec ce que je voyais dans mon fil d’actualité, genre je déballe mes achats faits sur internet ou des trucs pas très intéressants. Je ne comprenais plus pourquoi je devrais partager par exemple l’image d’une belle fleur ou un moment inspirant pour quelques likes.

Et le coronavirus est arrivé, fini notre projet de partir en famille en voyage à Cuba, terminé mes cours d’équitation. J’ai été tellement heureuse d’avoir repris ce sport passionnant que j’avais mis de côté pendant plus de 8 ans. Avec le confinement je me suis retrouvé pendant deux semaines en train de faire du ménage dans notre maison et à bouder sur notre canapé. Je savais que je n’avais pas le droit, dans une situation comme celle-ci il y a des personnes qui mettent leur vie en danger, beaucoup meurent et moi je me sens puni à cause des vacances annulées etc.

En fait je me suis rendu compte qu’être obligé de rester à la maison nous mets en face de toutes sortes de choses qu’on n’a pas réglées, ni approchés. On les a bien laissés de côté avec la bonne excuse de ne pas avoir le temps. Cette excuse fonctionne très bien. Genre : je suis une mère de famille, j’ai un foyer, je travaille à plein temps et j’ai des passions, j’en fais déjà assez.
La réponse à cette affirmation était tout simplement : non, ma vielle, tu n’as pas assez fait. Tu as tout juste abordé divers sujets mais tu n’es jamais allée au fond des choses (bon, j’exagère, concernant d’autres sujets dans ma vie je suis allée jusqu’au bout, le fait de vivre en France par exemple, je suis venu sans connaître personne par simple envie et passion pour ce pays et cette façon de vivre diffèrent de mon pays d’origine, l’Allemagne).

2

Alors pourquoi j’ai tout repris ? J’ai repris le blog, mon compte Instagram et tout ce qui va avec.
Je savais que j’allais le regretter. Une sorte de panique s’est emparée de moi à l’idée de retourner à ma vie d’avant le confinement avec le regret de ne pas avoir fait certaines choses.
Comme quoi par exemple ?
Corriger le dernier livre que j’ai écrit.
Mettre au point ma méthode Happy Millefeuille.
Réaliser quelques peintures.
Progresser avec mes photos.
Faire refleurir notre mini-jardin.

Et à ce moment j’ai réalisé que j’étais en fait tout au début de tous ses projets. Mon livre me tient tellement à cœur, qu’il valait mieux m’exercer dans ma façon d’écrire (en allemand cette fois) avant d’avoir une approche d’un texte convenable. (Un écrivain doit écrire, non ? Alors, je me suis lancé les défis d’écrire d’autres livres, plus courts, j’en ai des projets dans mes tiroirs.

Mettre au point ma méthode Happy Millefeuille – évidemment, car tout est flou sur ce sujet. Mais moi j’ai besoin de cette méthode et pour un exemple concret ça commence avec « bonjour ». Je dis bonjour aux passants dans notre petit village et la plupart du temps les gens ne répondent pas. Par timidité, parce qu’ils ne me connaissent pas ? Je ne sais pas, mais je continue à dire bonjour. J’ai posé la question sur Instagram et une amie m’a répondu qu’elle faisait comme moi et qu’elle se voyait comme une militante de la politesse. (Merci Ninon @studiocyanotype) J’ai adoré cette idée et je l’ai adopté tout de suite. Militante du bonheur et de la politesse, ça me plaît et c’est un point évident de ma méthode ! Mettre en avant le Positif pour laisser moins de place pour le négatif qui revient si facilement, comme une mauvaise habitude. Le jour même j’ai reçu l’appel d’une ancienne collègue de travail et nous avons discuté comme des bonnes amies. Et me suis dit que j’avais vraiment besoin à nouveau de me focaliser sur tous ce qui va bien. Être morose, se plaindre, se trouver des excuses c’est tellement facile et destructeur en même temps. On peut gâcher sa vie si on ne fait pas attention.

Alors ça y est, je me suis reprise en main avec un planning pour chaque semaine. Dimanche je peins une peinture (vive l’art-thérapie) !

Je refais des photos ! Le jardin refleuri ! J’étais tellement impressionnée par les minuscules jardins sur l’île de Rhodos en Grèce qu’à mon retour j’ai décidé de faire un effort de ce côté. Les abeilles, hérissons et oiseaux me le rendent bien. Notre jardin devant la maison doit faire à peine quelques mètres carrés. Ce n’est même pas un jardin, c’est une plaque de béton à la base. Mais il y a des plantes et des fleurs dans des pots maintenant et beaucoup de vie et de fraicheur pendant des journées chaudes.

Donc un grand merci de m’accompagner dans ma quête, la réalisation de la méthode et son évolution. En ce moment je tente de mettre en place une newsletter …. écoutez, je trouve ça très technique, mais je vais y arriver.

Sur mon Instagram se trouve actuellement un Giveaway, vous avez jusqu’à dimanche 3 mai 2020 pour tenter votre chance et gagner un joli petit jeu de cartes d’oracles.

Je vous souhaite de tout mon cœur énormément de courage afin de venir au bout de cette crise du coronavirus, prenez soin de vous et de vos proches et soyons ensemble des militants du bonheur et de la politesse afin d’apporter du positif dans tous ce que nous faisons.

Bien à vous,

Stephanie.

4 réponses à « Pourquoi j’ai besoin de la méthode Happy Millefeuille ? »

  1. Avec plaisir ! Merci d’avoir pris le temps de me lire (écrire dans une langue étrangère est un challenge pour moi). Il est important de trouver des solutions dans tout, surtout quand ça nous paraît petit comme par exemple ne pas répondre à un bonjour (moi, ça m’énerve – d’ailleurs ils commencent à me connaître ici dans mon village, je peux sacrement râler). Bonne soirée à toi !

    1. Merci ! Le plus drôle dans cette histoire est quand même qu’on se pose la question sur la « normalité ». Pas plus tard qu’hier j’étais obligée d’aller à Paris pour mon travail et je me suis rendu compte de toutes sortes de sentiments qu’on gère pendant ce genre de trajets (provoqué par les gens bruyants , saleté, incivilités…). Est-ce normal ? Je me le demande.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.