Publié le

Pour mon coin lecture : Virginie Despentes « Vernon Subutex 1 et 2 »

Vernon Subutex 1

Je viens de terminer deux livres dans l’air du temps, vous voyez, ils font partie des best-sellers et font couler beaucoup d’encre. Tout monde en parle et j’avoue que ça peut être plaisant de se trouver avec un bouquin dans les mains que des connaissances ont lues aussi, ça donne tout de suite un sujet de discussion.

Alors j’ai envie de partager avec vous mon expérience de lecture « Veron Subutex 1 et 2 »

De quoi on parle dans le premier livre : Paris, aujourd’hui, un homme, ancien disquaire dans la capitale qui a bien connu le monde de la musique, des artistes, du rock et toute la scène qui va avec. Aujourd’hui il est perdu dans le tournant de notre histoire et il est enchainé à Paris et ses habitants, des amis qui ont fait son monde, il est à la dérive et il cherche à survivre en utilisant ses connaissances et potes d’avant. Il détient des infos d’une star de la musique récemment décédée et espère de pouvoir se servir de ce testament.

Le livre est sorti le 7 janvier 2015 aux Editions Grasset. On se confronte aux questions qui nous hantent tous les jours : comment payer son loyer, comment faire quelque chose dans sa vie, comment survivre, comment gérer des infos sur internent, la politique, la précarité, les différences et injustices des classes sociales et le changement de notre époque.

Pour moi il est important de marquer la différence entre la vie des années 80 comparé à aujourd’hui. Certes, le temps passe, à la seule différence que les enfants de ses années étaient réellement convaincus que tout allait être possible dans leur monde. En tous les cas des messages du contrôle de masse allaient dans ce sens. Maintenant il faut prendre conscience de ce méfait et regarder la vérité en face. Peu de choses peuvent rapidement dérégler la vie d’un humain. Chaque personnage dans ces deux livres tente de se rassurer de ses propres convictions. Ils dépensent beaucoup d’énergie pour malgré tout poursuivre leur route. Peu importe s’ils sont sur la bonne voie ou pas.

Ce que j’ai pensé de cette lecture : tout d’abord j’étais fasciné par des avis des protagonistes si arrêtés, si dur envers d’autres personnes qui les entourent. Par exemple comment un mec totalement paumé passe son temps à juger toutes les femmes sur leur façon d’être, de s’habiller, de vivre. On a envie de lui demander qui lui a donné cette permission ? Mais je crois que beaucoup de gens vivent ainsi, des vies par procuration des images des autres interprétés par leurs pensées étroites à se confirmer leur façon d’être et trouver un semblant d’assurance.

J’ai vécu à Paris pendant 12 ans et j’ai rencontré des nombreuses personnes qui correspondent bien à la description des personnages des livres. Je sais aussi combien la vie à Paris est dure et oppressante. Paris devient le monde et c’est déroutant comme sensation. Paradoxalement on n’est jamais seul à Paris et tout le temps seul. J’ai observé ce cirque et personnellement je trouve ça important de pouvoir prendre des distances car une ville comme Paris ne peut jamais être le monde tout simplement. La suffisance des Parisiens peut être destructrice surtout pour eux-mêmes. Mes rencontres l’ont hélas confirmé. Pour illustrer cette situation il suffit d’imaginer un adulte se loger dans un 18 mètre carré à un prix hallucinant et se prendre pour un demi-dieu rien pour ça. Paris fait croire à la liberté, mais c’est juste une prison. Un véritable Parisien est constamment occupé à afficher les attitudes qui confirment son existence pour se faire croire à lui-même qu’il est authentique. Voilà le message que Virginie Despentes profile clairement.

Vernon Subutex 2

Lire ces livres ? Pourquoi pas ! Les deux se lisent facilement, mais je conseille de les lire avec une bonne dose d’humour comme il convient toujours quand les humains se prennent trop au sérieux. D’ailleurs je ne vois pas comment on pourrait faire autrement dans notre époque. Personnellement j’ai beaucoup apprécié cette lecture pour me reconnecter avec certaines réalités. J’ai choisi ce livre un jour ou j’ai oublié ma lecture en cours sur mon trajet quotidien. J’avais déjà remarqué la couverture à l’affiche au moment de la sortie du livre. J’imaginais un bon délire bien flippant à la Steven King car je ne connaissais pas Virginie Despentes jusqu’à ce moment.  Les mots comme « légende urbaine » et « formidable cartographie de la société française contemporaine » m’ont décidé de me lancer dans cette lecture.

 

Publié le

Les pierres et moi – la labradorite !

Photo de groupe Lithotherapie

Dans la série de mes petites histoires perso avec les pierres je vais aujourd’hui le focaliser sur une pierre bien connue : la labradorite ! Avant de vous parler de ses vertus, son histoire et ses caractéristiques j’ai envie de raconter ma rencontre avec la première labradorite dans ma vie. Un peu comme avec la petite agate teintée j’ai acheté cette pierre sans trop savoir pourquoi. J’ai été en balade avec ma famille du côté de Barbizon. A ce moment existait encore une petite boutique dans l’allée principale direction la forêt. Un couple passionné de voyage qui proposait une belle sélection de bijoux, de bols chantants, de tissus et j’ai craqué pour cette bague en argent avec en motif un dragon et une labradorite. J’avais oublié le nom de la pierre pendant longtemps et je l’ai porté souvent sans me soucier de son bien-être. Au fil du temps j’ai dû constater qu’elle avait changé de couleur. Et un beau jour elle est même tombée. J’avais visité un endroit immense avec des drôles de sensations, comme si cet endroit, pourtant bien connue était habité par des esprits puissants. Sans aller trop dans les détails de cet évènement il suffit de dire que la labradorite est une pierre de protection qui absorbe des énergies négatives et tente de protéger son porteur.

Comme je ne connaissais rien aux pierres je ne l’ai jamais nettoyée. Heureusement elle ne s’est pas cassée en tombant et j’ai pu rendre visite à un ami horloger qui s’y connaît un peu en pierres et bijoux. Il a pu m’aider à remettre la pierre en place sur la bague et m’a appris son nom.

Bague Labradorite

Du coup je suis allée me renseigner sur la provenance de la gentille labradorite : elle fut découverte en 1770 dans une mine au Canada dans la région du Labrador et elle a toute de suite fascinée par ses reflets allant du bleu foncé au doré selon les rayons de lumière. Aujourd’hui on trouve aussi des pierres venant de Madagascar, d’Inde et de la Scandinavie.

Labradorite

J’ai enfin pris le temps de lui accorder son repos bien mérité car il faut savoir que plus une pierre est petite plus elle se charge quand elle est portée et plus elle a besoin d’être nettoyée. Rien que le fait de la rincer avec de l’eau minérale lui fait du bien. Je l’ai aussi posée à la pleine lune et j’étais bluffé de constater qu’elle avait retrouvé une belle couleur presque bleue un peu comme avant.

Cette pierre est une pierre de protection que beaucoup aiment utiliser dans des cabinets médicaux par exemple car elle favorise une bonne circulation des énergies. Elle est également apaisante sur le plan émotionnel et physique. On peut dire que c’est une pierre vraiment populaire et appréciée par beaucoup d’entre nous.

Vous avez déjà vu des labradorites ? Peut-être vous en possédez ?

 

Labradorite : Dureté 7

Système cristallin : triclinique

 

*(Source : « La Voie des Pierres et des Cristaux » de Regina Martino)

**(Source : ‘Pierres – énergies – soins’ de Philippe Bataille ISBN : 979-10-699-0564-1)

Pierres

Publié le

Mon nouveau blog et moi !

Mon nouveau blog et moi 2

Bientôt je vais pouvoir fêter les deux ans d’existence de mon blog « Happy Millefeuille » et quand je regarde mes premiers articles je suis vraiment touchée car je sais exactement comment je me suis sentie à cet époque. J’avoue que je suis fière du chemin que j’ai parcouru depuis et je peux me féliciter moi-même car c’est moi qui ai créé tout ça. Le début du blog c’était un véritable renouveau après un période très éprouvant et chaotique. J’ai décidé de me relever et de faire quelque chose sans trop savoir à quoi ça allait ressembler, mais je dois dire que le résultat du moment est vraiment sympathique.

Ecrire pour soi pour mieux appréhender la vie et le quotidien, focaliser sur les choses extraordinaires qui peuvent nous arriver tous les jours mais on a pris l’habitude de ne pas leur donner l’attention qu’ils méritent. La bonne nouvelle est que les habitudes se changent et avec ça on change notre façon d’apercevoir des choses.

Mon nouveau blog et moi 1

Du coup je continue avec mon plaisir égoïste de tenir ce blog, partager mes histoires et idées avec vous, car au fond de moi j’ai envie que vous vous disiez, que vous pouvez faire tout simplement pareil, mais à votre façon. C’est vraiment sympa d’apprendre sans arrêt et développer des nouvelles idées. Pour l’heure je me suis mis dans la tête que j’allais changer le design de mon blog, afin que chaque visiteur puisse piquer ce qu’il a envie de découvrir. Je n’aime plus trop l’idée des articles qui se suivent et passent aux oubliettes après un certain temps. Du coup l’histoire de « Happy Millefeuille » reste intacte.

Pour la même raison j’ai créé un groupe à moi sur Facebook car je trouve que souvent les articles disparaissent et on a envie de les lire peut-être plus tard. Même si on n’est pas connecté tout le temps. Il faut prendre son temps pour en gagner et savourer les étapes. Voilà !

Si vous avez envie de jeter un coup d’œil vous êtes les bienvenues.

Mon nouveau blog et moi 3

Un de mes prochains challenge est de lancer une newsletter. Mais n’ayez crainte – je vais publier une seulement tous les trois mois. Trop d’info tue l’info ! J’ai observé que j’étais beaucoup plus attentive à des newsletters qui tombent dans ma boîte mail d’une façon espacée. Les autres finissent généralement à m’agacer …

J’espère que le nouveau design vous plaît et que vous retrouvez vos marques.

Qui d’entre vous partage ce sentiment de renouveau quand il prépare un nouveau look pour son blog ?

Mon nouveau blog et moi 4

Publié le

Mais pourquoi commencer le Yoga ?

Mais pourquoi commencer le Yoga _

Hello tout le monde ! Comme prévu je m’attèle à la rédaction d’un article dans la série de mes nouveaux sujets sur ce blog. Et le yoga en fait partie !

Tout le monde en parle de cette pratique, on propose de plus en plus de stages, de cours, c’est une véritable avalanche dans la presse féminine (et vous savez ce que j’en pense de cette lecture – hihihihi -)

Tout d’abord il y a beaucoup de clichés qui vont avec le mot « yoga ».

C’est une activité de bonne-femme à partir de la quarantaine.

C’est pour des stressées de la vie.

C’est bizarre !

Yoga 4

Bon, en partant des préjugés on il n’arrive jamais très loin. Je vais vous simplement raconter mon histoire perso avec ce sport, car oui, il s’agit d’un sport, vous allez vite comprendre.

J’avais repris la course à pieds quand j’avais 39 ans après des années de non pratique sportive. J’avais un abonnement dans une salle de sport à Paris que j’ai utilisé pendant trois mois quand mes filles venaient de naître, mes filles ont 15 ans aujourd’hui …. Je suis une passionnée du monde équestre et pendant quelques années je me suis payé le luxe d’une heure de cours par semaine dans un club, et des balades en forêt à dos de cheval de temps à autres. Vous l’aurez compris – je ne suis pas une grande sportive!

La vie a fait que la pratique d’équitation était devenue trop compliqué à gérer, question budget et de temps tout simplement. Alors un beau jour j’ai recommencé à courir, toute seule. Mes genoux ont râlé un peu au début dans des décentes, alors je marchais dans les pentes jusqu’au jour où j’ai constaté que mes genoux se sont suffisamment renforcés.

Yoga 2

J’avais pris l’habitude d’aller courir mes kilomètres deux fois par semaine et un beau jour je me suis tordu la cheville. J’étais forcé de m’arrêter et attendre que la cheville soit complètement rétablie – le temps de la guérison me semblait incroyablement long. Et un soir en sortant du boulot je m’arrête dans un magasin d’équipement sportif pour m’acheter un tapis de yoga et un legging tout doux. J’avais besoin de continuer une activité sportive en attendant de pouvoir courir à nouveau. Avec mon emploi du temps c’est très compliqué, voire impossible de m’inscrire dans des cours collectifs. Les horaires ne correspondent jamais aux miens.

Alors un magazine hors-série avec des postures basiques du Yoga allait bien faire l’affaire. J’ai lu les premiers astuces et conseils durant mon trajet dans le train pour rentrer à la maison. Et après le diner et un peu de repos j’ai déroulé mon tapis de yoga et tout a commencé de cette façon.

Yoga 1

Bien entendu je ne peux pas conseiller à tout le monde de commencer une pratique sportive de cette façon, sans encadrement et tout ce qui va avec. Pour ma part je connais quelques bases du stretching et j’ai surtout appris que ça ne sert à rien de forcer son corps en quoique ce soit et c’est seulement sur une certaine durée de temps qu’on obtient des résultats. Mais d’un autre côté je ne regrette absolument pas d’avoir commencé cette pratique sur un coup de tête, en attendent que ma cheville allât se remettre. J’ai appris à respirer bien profondément par le ventre, ce qui est incroyablement important pour n’importe quel sport et la vie en général. Surtout j’ai envie de donner des idées et parler de mes expériences perso, pour aider certains à sauter le pas, commencer quelque chose qu’on a envie de faire mais qu’on remet tout le temps parce que on croit qu’on n’a jamais le temps.

Yoga 3

Aujourd’hui ça doit faire deux ans et demie que je pratique presque tous les soirs mes mouvements de yoga. Hélas, je n’ai pas encore eu la possibilité de prendre des cours, mais je suis sûr que les choses vont se faire au bon moment.

Pour l’instant on continue de cette façon et j’ai envie de partager avec vous une idée pure et simple sur cette pratique : « Le yoga doit venir à vous ! »

La prochaine fois je vais vous parler des effets que la pratique régulière du Yoga peut avoir sur nous. En tous les cas des effets que j’ai constaté sur moi-même.

Et de votre côté, vous avez déjà tenté le Yoga ?

Publié le

Mes débuts avec des pierres !

Mes débuts avec des pierres !

Quand je réfléchis cela fait longtemps que je suis attiré par la beauté des pierres, mais j’ai toujours voulu faire mes propres expériences. Par exemple une collection poussiéreuse dans un salon avec des pierres et des cristaux étiquetées comme dans un musée ou à l’école ne m’attirait pas spécialement. Inconsciemment je me disais qu’il devrait y avoir quelque chose de plus profond, de spéciale et de personnel. Je sentais que les pierres avaient des choses à nous dire, à nous apprendre sur nous et le monde dans lequel on vit.

Je n’ai jamais eu l’occasion de me pencher sur ce qu’on appelle la Litho thérapie. Alors j’ai décidé de parler sur mon blog de mes petits avancements dans ce domaine. Au milieu de cet année j’ai eu la chance de découvrir le livre de Regina Martino « La Voie des Pierres et des Cristaux » qui contient une foule d’informations sur les pierres et le travail d’un bio énergéticien et un litho thérapeute.

écrire au boulot

Vous l’aurez compris – je suis une novice absolue, je navigue un peu à vue, mais je suis tellement curieuse et avide d’apprendre, alors je pense que ce sujet à toute sa place ici. Comme toujours il s’agit aussi de partager des idées et d’en donner aux autres. Mes copines me posent des questions du genre : mais qu’est-ce que tu fais avec toutes ces pierres ?

Alors je réponds : j’apprends à les connaître.

Agate teintée

J’ai donc décidé de commencer avec ma première pierre. Une petite pierre rose que j’ai achetée il y a des années dans une petite boutique ésotérique à Paris bien avant la naissance de mes filles. Je ne savais pas trop quoi en faire à part la porter dans mes affaires d’écriture ou dans ma poche. Je n’avais aucune idée qu’il fallait nettoyer une pierre après l’avoir porté par exemple. Je vais en parler plus tard.

Et aujourd’hui je me demande de quelle sorte de pierre il s’agit, car j’ai tout simplement oublié son nom.

Agate teintée 1

Mais je suis très heureuse de l’avoir gardé et retrouvé dans mes affaires. J’ai tenté de l’identifier dans mon livre ou sur internet. Je pensais qu’il pourrait s’agir d’un quartz rose, framboise ou pastèque. Mais j’ai décidé d’aller voir quelqu’un qui s’y connaît et qui peut m’éclairer. Et finalement il s’avère que c’est une agate teintée. « L’agate est une famille de pierre très variée aux vertus différentes selon les dessins. Cependant les agates contiennent un subtil mélange des énergies de la terre et de l’eau. »**
En tous les cas j’ai envie de me procurer un vrai Quartz framboise d’une taille suffisante (environ 5 cm, voir un peu plus grand, car la mienne mesure à peine 3 cm en longueur ce qui est un peu petit pour un usage correct. Ou bien il m’en faudrait plusieurs de cette taille et les regrouper dans un sachet ou un petit bol …)

Quartz rose brut

Un quartz framboise agit sur nous d’une façon très positive pour nous détendre et sentir paisible. Avec sa couleur chaude et douce il s’agit pourtant d’une pierre puissante qu’on peut vraiment utiliser pour la méditation et nos recherches personnelles sur nous et notre place sous un aspect bienveillant. Et je me suis vite rendu compte qu’il s’agit d’une pierre rare et pas si évidente à trouver. En revanche j’ai ajouté deux belles pierres à ma collection personnelle : du quartz hématoïde. Une variété de Madagascar qui contient de l’oxyde de fer, d’où sa teinte rougeâtre.

Quartz hémato

Je pense que c’est une bonne chose d’utiliser cette pierre avec un quartz rose. J’aime beaucoup les mots-clefs cités en rapport avec le quartz rose : douceur maternelle, apaisement des peurs et des appréhensions émotionnelles, retour à l’enfance, sérénité, tranquillité.

souvenirs de Paris

Vous voyez – rien qu’au début avec une simple pierre j’ai abordé déjà pleins d’autres sujets sur lesquels j’ai envie de faire me recherches, d’apprendre et de partager avec vous.

J’espère que cette approche simple et ludique vous a plu et vous donne envie de découvrir à votre tour votre pierre porte-bonheur.

quartz hématoïde

Quartz Rose : Dureté 7

Système cristallin : rhomboédrique

Sa couleur est due à des impuretés de titane et de manganèse et elle nous vient du Brésil, de l’Inde, du Kenya, de Madagascar, du Mozambique, la Namibie, du Sri Lanka et des Etats-Unis.*

Quartz Framboise : Dureté 7

Système cristallin : rhomboédrique

Sa couleur provient d’impuretés de fer et de titane. Cette variété particulière et rare provient d’un gisement de Madagascar.*

*(Source : « La Voie des Pierres et des Cristaux » de Regina Martino)

**(Source : ‘Pierres – énergies – soins’ de Philippe Bataille ISBN : 979-10-699-0564-1)

Publié le

Mes nouveaux thèmes pour le blog !

Mes nouveaux thèmes

Hello tout le monde ! Le moment est venu pour revoir certains choses sur mon blog. Avec le temps je me suis aperçu qu’il a certains sujets qui font partie de ma vie, qui apportent leur part de bonheur, de bien-être et que je n’ai jamais mentionné, ou bien que je ne traite pas comme il faut. Je m’explique, vous allez comprendre.

Premièrement il s’agit du yoga. Je pratique le yoga depuis bientôt trois ans et je n’ai jamais osé d’aborder le sujet. Je crois que les images des sites assez professionnels m’ont tout simplement impressionnés. Je ne suis toujours pas certaine de pouvoir fournir mes propres photos pour illustrer mes positions de yoga, mais je vais pouvoir partager avec vous mes expériences et mes découvertes. Je pense que ça peut être aussi intéressant de raconter comment je suis venue à faire cette pratique et comment j’ai progressé. Il est également intéressant d’observer les changements que ce genre de sport peut entraîner. Ainsi le fait qu’on s’ouvre à un nouvel univers et ça c’est vraiment sympa.

yoga

Deuxième – les livres ! D’accord, j’ai mentionné que j’aime lire et j’ai aussi partagé certains titres sur ce blog, mais je ne me suis jamais pris par la main d’écrire une vraie présentation pour un livre tout simplement. Je pense qu’il est temps de remédier à ça et aussi de faire un peu d’ordre dans toutes mes lectures aléatoires.

books

Troisième – la Litho thérapie ! Je suis attirée par la beauté des pierres depuis toujours mais j’ai commencé depuis peu de donner un nom à cette passion, d’étudier les différentes pierres et leurs bienfaits. Je pense que cette nouvelle quête peut être intéressant à partager avec vous.

gemstones

Quatrième – Les huiles essentielles ! Quand j’ai raconté à mes filles que je me suis acheté mon premier brûle-parfum en terre cuite à l’âge de quinze ans et j’ai commencé à mélanger mes huiles pour les diffuser dans ma chambre, elles m’ont regardé avec des grands yeux. Eh oui, cette passion me poursuit depuis beaucoup d’années et ce n’est pas un effet de mode de la maman quarantenaire.

essential oils

Cinquième – alors là je vais dévoiler un petit secret : je collectionne des jeux de Tarot. Je me suis acheté mon premier jeu de Tarot très jeune avec mon argent de poche et j’ai été fasciné par le monde des cartes. Ça aussi n’est pas nouveau pour moi, mais il me reste tellement de chose à apprendre, à approfondir, à rechercher et j’ai envie de partager ça sur mon blog. Tant pis si ça ne plaît pas à tout le monde, mais les jeux de Tarot sont une source d’inspiration et de plaisir pour moi. Alors ils ont leur place ici aussi.

tarot

Sixième – les plantes ! tout au début du blog j’avais tenté de faire pousser des plantes mais je n’ai pas su gérer l’histoire. Après mon voyage en Grèce le jardinage et des plantes sont venu comme un déclic, une évidence et je suis très heureuse de la première année passée avec des nouvelles plantes et le développement de mon mini-jardin.

plants are friends

Bon, vous voyez que sur mon blog peut y avoir un léger changement mais ça fait partie de mon chemin perso de ma « Méthode Happy Millefeuille ». Donc pas d’inquiétude, tout va bien et pour bien illustrer l’acheminement de cette évolution je vais laisser l’historique du début de ce blog en ligne. Je pense qu’il est important d’observer les tournants  qu’un travail personnel peut prendre.

En tous les cas j’ai hâte de partager avec vous mes articles sur des sujets pas encore abordés, mais important à mes yeux. Donc un blog devrait selon moi remplir sa fonction premier – amuser, partager, échanger.

A très bientôt !

… et encore un grand Merci à GIPHY pour ces illustrations !!!

Publié le

La presse féminine – qu’est-ce que ça veut dire ?

la presse féminine

Nous nous trouvons tous plus au moins dans nos troubles de la rentrée, les inscriptions, le boulot, les activités … C’est assez drôle mais chaque année c’est un peu pareil, on se dit qu’on a tout préparé et sous contrôle mais il arrive toujours un truc qui nous a échappé, des surprises, des imprévus. En plus on retrouve tout le monde en agitation, ce qui fait qu’on suit comme on peut et nous voilà pris dans le tourbillon. Une fois qu’on connaît ce rituel annuel on sait à peu près à quoi s’attendre.

organized

Cette année par contre j’ai envie d’écrire un petit billet d’humeur sur ce sujet. Pour préparer la rentrée comme il faut un magazine pour femmes jeunes et dans le vent a décidé de me faire un petit cadeau. En rentrant de vacances j’ai trouvé le dernier numéro glissé entre des enveloppes de notre courrier habituel. Un cadeau avec un bulletin d’abonnement avec des tarifs les plus avantageux.

Avec tout le respect que je vous dois, votre manœuvre n’a pas fonctionné sur moi. Dans le passé j’ai mentionné comme petit bonheur de lire ce genre de magazine, ou bien comment faire pour en recevoir chez soi un abonnement de test. Mais mes goûts ont changé, je m’en excuse.

La presse féminine, mais qu’est-ce que ça veut dire ?

En regardant bien, je suis venu à la conclusion que ce genre de magazine est la plupart tout temps un facteur de stress pour les lectrices, je rigole – à peine.

laughing

Pour la rentrée justement – pourquoi je pense qu’il faudrait éviter de lire la presse féminine

1 – Quand on ouvre ces magazines fraichement imprimés j’avoue que les pages sentent plutôt bon, font un joli bruit et sont très agréables à toucher. Mais la première trentaine de pages se composent exclusivement de publicités des belles maisons de la mode. Sur à peine 200 pages c’est une bonne moyenne qui ne s’arrête pas là. Car le premier vrai article qui s’étend sur plus d’une page commence seulement à la page 80 … avant le ton reste léger (je veux dire encore plus léger) et fait surtout le point sur toutes sortes de nouveautés qu’il faut absolument connaître pour être dans le coup. En gros, je n’en suis même pas à la moitié de ce magazine mais mon portefeuille pleure déjà si jamais je devais obéir à un quart du tiers des suggestions d’achats pour être selon eux à la hauteur d’une rentrée convenable, digne de ce nom …

No money

2 – Un peu de culture quand même – des livres et des auteurs dans le vent qui ont leur place dans ce genre de magazine, car la femme d’aujourd’hui doit et veut s’afficher intelligente et pour ça il lui faut le livre choisi par la presse, comme un accessoire de mode pour montrer encore une fois qu’elle est dans le coup. C’est dingue mais quelle pression. Certes c’est une bonne chose de faire connaître des auteurs et tout, mais qu’est-ce que j’aime chiner mes bouquins chez Emmaüs … désolé, encore un point qui ne me concerne pas vraiment dans ce genre de lecture. Tant pis, je ne suis pas dans le coup.

smile

3 – Un peu d’amour, un peu de cosmétique, un peu de blablas sur les tendances sur le net, les réseaux sociaux comme Instagram par exemple, et à ce moment je réalise que j’étais déjà au courant des tendances sur Insta depuis quelque temps, car je me sers de cette application pour me documenter et m’inspirer … cette demie-page ne m’avance à rien de plus, désolé.

no sens

4 – A peu près au milieu de ce magazine on parle de femmes connues ou moins connues, mais représentative pour notre société. On explique à quel genre de chirurgie d’esthétique elles ont eu recours ces dernières années et si c’est plutôt réussi ou pas. Ou bien, on raconte que c’est normal qu’une quarantenaire succesful vit dans un autre pays que son mec et elle adore passer le temps de son café matinal avec lui sur facetime (… merci le placement de produit, mais on n’est plus à ça de prêt …). En fait j’adore nommer mon mari « mon mari » car c’est ce qu’il est, même si c’est grave démodé et je n’aimerais pas du tout vivre séparé de lui – tant pis, c’est probablement ennuyeux mais j’aime bien. De toute façon j’ai du mal à comprendre pourquoi depuis quelques années il faut absolument trouver ça normal d’être loin de son conjoint. Encore une fois tant pis, j’aime mieux vivre comme mes ancêtres. Déjà la formule « petite famille » n’est pas l’idéal pour le bien-être du genre humain. Selon des recherches approfondies nous sommes faites pour vivre en petite communauté, mais visiblement la tendance est à séparer d’une façon ou d’une autre encore plus des familles – avec le boulot comme éternel excuse, la liberté ensuite. Ai, j’ai du mal à suivre …

bored

5 – Les derniers 10 (!) pages se partagent entre un horoscope totalement insignifiant, un peu de déco, de culture, d’adresses parisiennes pour boire un coup (comme si ce magazine était vendu et lu qu’à Paris et nulle part ailleurs en France – je ne comprends pas. Certes il ne reste plus beaucoup de place dans ce magazine mais c’est toujours pareil, la plupart du temps on parle exclusivement des adresses parisiennes. Les lectrices qui ne sont pas à Paname doivent se sentir comment ? Je me le demande …

parisian

6 – Et tout le gros pavé entre le début et la fin représente des fringues hors de prix, des bijoux, des sacs, des chaussures, des coiffures, des maquillages … à ce moment-là mon petit portefeuille est totalement achevé. Heureusement je ne le confronte pas à ce genre de marathon auquel les lectrices s’exposent tous les mois. Mais ça veut dire quoi au juste ? Les autres lectrices doivent sacrement bien gagner leur vie selon la lecture de ce genre de magazine. Ou c’est moi, je n’ai rien compris à la vie. Car avec mon boulot stable et sans prétention je suis contente si je parviens à équiper correctement mes filles pour la rentrée scolaire et ça s’arrête là.

fashion

Conclusion : ce genre de magazine n’est pas fait pour moi et je dois appartenir à une autre sorte de fille. Des maisons de presse, des salles d’attente et partout là où on rencontre des filles on trouve ce genre de magazines. Je pense sérieusement que dans la vraie vie la plupart des lectrices ne sont pas faites pour le budget qui est demandé par ces magazines pour suivre. Ils servent à quoi en fait ? à faire rêver ? Si la plupart des femmes ne se peuvent pas acheter ne se risque une petite partie de toutes ces suggestions elles doivent trouver l’argent où ? Chez un mari richissime qui vit loin d’elles ? Euh, ce n’est pas vraiment l’image d’une femme moderne, ni indépendante et encore moins libre. Pour ne pas employer le mot « pute » pour ce genre de femme, on peut dire « une femme entretenue » … enfin, ces magazines veulent vendre du rêve – mais c’est plutôt un cauchemar.

nightmare

Chirurgie d’esthétique, coiffure, maquillage, dépenser beaucoup d’argent – voilà les piliers de cette lecture. Et ce n’est pas le beau sourire de la jeune fille sur la couverture qui selon moi doit avoir environ vingt ans qui fait passer la pilule. Ce magazine est destiné à ma poubelle jaune avec d’autres déchets de la maison triés, dans l’espoir que tout ça peut être recyclé. Je ne le donnerais pas à une copine à lire … même pas en rêve, je ne peux pas avoir ça sur ma conscience.

Bref, les filles, faites comme vous voulez, mais ne me demandez plus où je trouve le temps de faire tout ce que je fais. Vous pouvez facilement gagner du temps et de l’argent en choisissant un peu mieux vos lectures. Et surtout vous pouvez gagner en sérénité, mais je dis ça juste comme ça.

zen

Merci pour toutes les images drôle sur GIPHY !!!

 

Publié le

Mes bonnes résolutions pour la rentrée !

Mes 7 resolutions pour la rentree

Ah, qui ne connaît pas des bonnes résolutions pour la rentrée ? C’est quand même terrible, on se fait ses petites listes au début d’une nouvelle année ou bien à la rentrée.

Mais bon, avouez – c’est amusant. J’ai commencé à m’organiser pour la rentrée et l’idée d’écrire sur mes résolutions m’est venue car je trouve que c’est vraiment une bonne chose de se poser et d’écrire quelques lignes sur ce sujet. C’est d’autant plus facile pour les relire plus tard.

Première résolution : je m’organise avec un BuJo ! Depuis le temps toutes les bloggeuses en parlent et montrent leur Journal de Bord magnifiquement illustré – c’est tellement bien fait que j’avais peur de commencer le mien. Mais j’ai trouvé un BuJo (Bullet Journal) chez « Hugo et Cie éditions ». (Ils proposent d’ailleurs un concours pour des plus belles illustrations soit-dit en passant.) Une excellente idée et une bonne alternative pour un nouvel agenda. Dans celui-là les pages sont déjà pré organisées, il suffit de remplir des semaines avec des dates qui vont bien, je marque au fur et à mesure sur quel sujet je souhaite me concentrer tel jour et j’avoue que ça m’aide beaucoup. Les temps libres sont toujours comptés donc il faut être efficace pour ne pas se disperser. J’ai déjà fonctionné une semaine de cette façon et j’aime beaucoup l’idée. J’aime switcher d’un projet à l’autre chaque jour – je trouve ça plus enrichissant.

Deuxième résolution : je commence un carnet dans lequel je vais noter toutes mes idées pour mon projet perso. J’avoue que c’est carrément vague comme projet mais c’est précisément pour cette raison que j’ai envie d’approfondir. Le rêve secret d’une maison d’hôte, d’une boutique à moi, un lieu de rencontre, d’échange, de créativité … bref, je n’en sais trop rien et je n’ai aucune envie de me lancer dans n’importe quoi. Alors je m’arme de patience mais j’ai envie de noter mes idées dans un carnet destiné à cet effet. J’adore les carnets, donc un de plus. J’ai craqué pour cette illustration de Corinne Demuynck.

nouveau carnet

Troisième résolution : ne plus acheter des livres !!! Du moins pour un bon moment – ce n’est pas sûr du tout que je vais parvenir à tenir cette résolution ! Peut-être le fait de le noter va m’aider. J’ai une pile à lire tellement énorme de livre que j’aime déjà. Des trésors en quelque sorte ! Sur la photo vous ne voyez qu’une partie. Je suis un vrai fan des livres et ça ne s’arrange pas avec le temps qu’il passe. Je devrais aussi apprendre à mieux présenter les livres que j’ai lus …

pile à lire

Quatrième résolution : réaliser plus ma créativité ! Mais d’une façon détendu et ludique ! C’est pour cette raison je me suis procuré une boîte à crayons de couleur rien qu’à moi. Habituellement mes crayons et feutres finissent toujours dans la chambre de mes filles – elles adorent dessiner avec. Je me suis même trouver un nouveau bouquin pour colorier … mais j’ai envie de dessiner librement aussi. J’ai eu de la chance à récupérer la vieille machine à écrire de ma maman et elle fonctionne toujours. J’aime cette typo sur du beau papier. J’ai envie d’écrire des belles phrases, des citations, des idées …

Cinquième résolution : continuer à jardiner, m’occuper des plantes, apprendre sur des plantes … depuis mon voyage en Grèce me suis lancé et j’aime savourer des moments avec les plantes, des fleurs …

Sixième résolution : m’intéresser plus à l’objectif « zéro déchet ». À commencer avec une bonne vielle gourde pour boire de l’eau au travail, et un mug pour mes pauses-café et de thé. Je sais, ce n’est qu’un tout petit début, mais bon, il en reste beaucoup à faire. En ce qui concerne l’histoire menstruelle des filles, le passage à la cup c’est fait. Mes filles en occurrence se sont bien accoutumées aux serviettes lavables. Honnêtement le changement s’est fait bien en douceur car le résultat est tout simplement tellement plus agréable pour nos corps.

L’année dernière déjà j’avais décidé de remplacer mes produits du quotidien par des produits bio. J’avoue que j’ai fait des progrès depuis.

Septième résolution : apprendre des pierres … la litho-thérapie en fait. J’ai toujours été attiré par la beauté et la simplicité des pierres. Maintenant il est temps de donner un nom à tout ça pour mieux comprendre. J’en suis encore tout au début mais j’adore apprendre.

Vous voyez – j’ai un sacré petit programme et j’ai hâte de savoir ce que je vais pouvoir en faire. De votre côté la rentrée représente quoi pour vous ? Vous faites aussi des listes avec des résolutions, des choses à faire, à s’organiser ?

 

Publié le

Vacances d’été 2017 dans le Sud de la France

Vacances dans le Sud !été 2017

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon été. Pour le retour de vacances et juste avant la rentrée des classes j’ai décidé de partager quelques impressions, idées et surtout des photos concernant nos vacances que nous avons passé dans le Sud de la France.

palmiers vacances 2017

Tout d’abord je me pose toujours la question si c’est vraiment une bonne chose d’étaler ses vacances d’été quand je pense à ceux qui ne sont pas partis pour des raisons diverses et variées. Je connais bien cette sensation quand on reste dans la capitale pour bosser et tout le monde part. C’est vraiment impressionnant car la ville se vide quasiment. Dans mon pays natal l’Allemagne je n’ai jamais connu ce vide pendant l’été. Les vacances en France s’organisent différemment et les grandes vacances d’été sont un peu comme Noël – une sorte d’obligation annuelle qu’on ne doit pas rater. Personnellement je trouve que ça met un peu la pression dès le départ. J’ai passé quelques étés à Paris car je venais de changer de boulot par exemple et même si on est fort et fière j’avoue qu’il m’est toujours arrivé un grand coup de blues quand tout le monde était parti. Je me trouvais carrément nul, la fille qui n’a pas su bien s’organiser quoi. Le pire restait à venir quand tout le monde rentrait, énervé car il faut reprendre le boulot, tout fier de leur bronzage et exubérants, voir un peu hautains vis-à-vis des têtes livides de ceux qui sont restés ….

endroit simple vacances 2017

Donc je me prends un peu la tête avec des grands moments fard de l’année soumis sous une certaine pression de la part de la société de consommation. Mais heureusement les choses ont changé un peu, on parle du « slow-tourisme », on s’interroge, on a envie de changement, devenir écolo et ne plus suivre bêtement des grands dictats.

Alors qu’est-ce que veut dire « partir dans le Sud de la France en vacances » ? Il faut comprendre, ceux qui partent dans cette direction veulent être sûr d’avoir du soleil pendant leur séjour et ne pas prendre de risque avec d’autres destinations du pays. Mais une place au soleil se paie cher, il n’a qu’à regarder ce qu’est devenu la Côte d’Azur pour comprendre. (J’adore cet endroit mais je trouve que c’est devenu un endroit où les richesses s’exposent, on se montre, on rivalise avec son yacht, la villa et des voitures qui vont avec … enfin il faut beaucoup de sous pour s’amuser dans ses sphères – je n’ai absolument rien contre, c’est très beau à regarder, bravo, j’applaudis même si vous voulez. Mais pendant les vacances j’ai besoin de me reposer les yeux et je n’ai justement pas envie de vous voir (en gros, vous êtes mes clients dans mon boulot « normal » tout simplement …).

coucher de soleil Bouzigues

Nous avons la chance d’avoir un point de chute dans le Sud dans un coin un peu à part. Le Sud assez authentique. Entre la ville de Sète, à côté de l’Etang de Thau, la plus grande lagune d’Europe en fait, et le fief du chanteur Georges Brassens. (On dit qu’il adorait nager dans l’Etang …)

Tiens – ça me fait penser : il y a deux ans nous avons fait une vidéo avec des prises de vue du coin. La musique est de mon mari bien entendu !

Quand nous sommes en vacances, on fait tout à notre rythme. Une journée type peut ressembler à ça :

·       Si j’arrive à me lever suffisamment tôt et qu’il ne fait pas trop chaud je vais courir au bord de l’Etang, mais pas trop, juste à peine 4 km et le plus souvent que possible. Ça change, il y a du monde, en tous les cas bien plus que dans la partie de la forêt où je cours habituellement …

·       Quand j’arrive au studio ma petite famille a réussi à se lever aussi et c’est le moment du petit déjeuner.

·       Dans la matinée ensuite, je veux dire vers midi, car tout le monde est à table et des ruelles sont bien vides pour faire une balade en vélo avec mon mari. (Les filles ados profitent pour glander à la maison, il faut beaucoup de temps libre pour des ados – je vous dis : BEAUCOUP !)

·       On déjeune tard, beaucoup de légumes du coin, un peu de poisson, de temps en temps de la viande. J’aime cuisiner en vacances, ça ne me dérange absolument pas.

·       Ensuite mon mari adore travailler un peu sa musique. Il fait selon nous encore trop chaud pour aller à la plage. Moi je me plonge dans ma lecture, peut-être j’arrive à écrire un peu et généralement j’en profite pour faire une sieste – j’adore ça.

·       Nous allons à la plage du côté de Frontignan vers la fin de l’après-midi. Des premières familles commencent à partir (ils sont cuits). Nous on arrive tranquille avec notre glacière et tout, baignade, nager un peu, repos sur le sable avec un bouquin. Les plages là-bas sont tranquilles, pas trop de monde et la mer est douce.

·       Retour à notre studio de vacances dans la soirée, douches, apéro, dîner.

Vie simple en vacances

Voilà, ce genre de journée peut être agrémenté avec des visites chez des amis, de la famille, des balades, des restos, mais pas nécessairement. On n’a pas vraiment un plan de ce que nous voulons faire, ce qui nous laisse beaucoup de possibilités à l’imprévu. Comme par exemple une sortie cette année du côté de Saint Pons et ensuite plus haut dans les montagnes à plus de 1000 mètres d’altitude pour découvrir un lieu de repos pour randonneur – dans la forêt de Somail. Un endroit incroyablement tranquille et idéal pour méditer, se balader et observer la nature.

forêt de somail

Vous voyez – je passe des vacances vraiment tranquilles et encore une fois je ne fais rien comme « une blogueuse à succès » (hélicoptère, piscines de dingues dans des palais de folies avec des équipements les plus hypes du moment – bon, je rigole, chacun son truc quoi.) En tous les cas j’espère que j’ai donné des idées à certains qui peuvent se dire qu’en fait leurs vacances ressemblent un peu aux miennes et ne sont pas nulles du tout.

forêt de somail 1

Et comme disait l’autre : pour pouvoir repartir, il faut d’abord rentrer.

J’adore retrouver notre maison, notre petit havre de paix où on ne fait qu’à notre tête encore une fois. Rien d’extraordinaire, mais justement – ça laisse de l’espace pour créer. En tous les cas ça va tout à fait dans ma méthode « Happy Millefeuille » !

forêt de Somail 2

 

Publié le

Cosplayers sur la Japan Expo 2017

Cosplayers

Avant que ce mois de juillet se termine j’ai envie de partager avec vous quelques images et impressions attrapées pendant ma visite de la Japan Expo cette année. Depuis quelques années je suis fascinée par des Cosplayers. J’ai rencontré ce phénomène en live pendant mon séjour à Leipzig au salon du livre il y a quelques années. La Manga convention s’y tenait juste à côté et j’ai été impressionnée par le soin que certains apportent à leurs costumes. (Je l’avais déjà mentionné l’année dernier !) Rien n’est laissé au hasard, le moindre de détail est soigné. L’idée de se déguiser comme un personnage d’un film a commencé avec la sortie de la saga « Star Wars ». Le cosplay est donc bien plus qu’un simple déguisement. On joue véritablement le rôle du personnage d’un film, d’un jeu vidéo, d’un manga ou d’une série. Chaque costume gagne en authenticité quand il est fabriqué par la personne qui le porte. Si on veut apprendre d’avantage je pense que c’est une bonne idée de rendre une petite visite au café Kame’n Créa à Paris par exemple. Ou on se rend sur le site CosplayNews .

J’ai toujours aimé me déguiser et je trouve ça dommage qu’il n’y a pas plus d’occasion pour le faire. En Allemagne dans certaines régions on fête le carnaval et se déguiser est plutôt bien accepté, aussi par des adultes.

Cette année je me suis pris par la main et j’ai noté des pseudos des cosplayers que j’ai pris en photo. J’espère que je vais bien m’en souvenir qui est qui. En tous les cas un grand Merci à vous d’avoir posé pour ma caméra ! Ne lâchez rien et continuez comme ça ! Une passion ça se vit et se développe. Le fait de se glisser dans un rôle est selon moi vraiment bénéfique, ne se risque pour prendre un peu de distance envers soi-même et vivre le plaisir d’être avec le plus grand sérieux

Bon, assez de philosophie et en avant quelques images ! J’ai capturé leur pose sur le vif directement à côté la Japan Expo.

cosplay 1
@siwencosplay avec une amie !
cosplay 2
@siwencosplay en Ryuko

Sur sa chaine YouTube elle nous partage son expérience :

cosplay 3
Je vous présente @Yuki DOLL !

Elle nous partage son dernier shooting sur sa chaine YouTube :

cosplay 7
Je vous présente @Zalaziel Cosplay !
cosplay 6
@VICE Cosplay pose !

Pour vous faire une idée du sérieux des l’engagement d’un cosplayer il existe des agences – par exemple vous trouvez le profil de Vice sur Cospro !

cosplay 9
@Kleio Nox alias Tishi !
cosplay 10
Et voici @Amazonian Cosplay !

Pour le vrai fan des personnage un travail de retouche de photo est souvent de mise pour reconstruire une mise en scène comme dans le jeu ou l’histoire.

Dans l’ensemble j’ai progressé, comparé à il y a deux ans sur la Manga convention à Leipzig. Mais maintenant je me dis qu’à la prochaine occasion je devrais consacrer plus de temps encore pour faire des meilleurs clichés.

En tous les cas en voyant tous ces beaux déguisements j’aime me poser la question : quel rôle jouons-nous dans notre vie quotidienne ? Je veux dire que les moments où nous pouvons réellement être nous-même sont si rare, il n’est pas si surprenant de vouloir se glisser dans le rôle d’un personnage fictif, le monde réel des adultes est peuple de rôles hélas bien défini.

Pour en savoir plus vous pouvez regarder une vidéo sur Arte TV concernant l’univers des Cosplayers !

@League Of Replica propose un travail bluffant dans la réalisation de costumes …

 

costumes 3
Pour des armes on peux s’adresser à @Atelier de la Forgeciel !

Pour continuer à rêver et s’inspirer je me note déjà dans mon agenda les dates pour la 6e édition du Salon Fantastique à Paris en Novembre. Si ça vous tente rendez-vous sur le site pour voir s’il reste des entrées gratuites !

 

arbre à voeux
@unknownproject

Pour faire un vœux rien de mieux qu’un arbre à vœux ! On peut carrément louer cette installation moderne et poétique pour un évènement – j’adore l’idée !

 

 

Publié le

Sethopia sur la Japan Expo Paris 2017 !

Japan Expo 2017 Sethopia

Ma première semaine de vacances cette année je l’ai clairement adapté aux dates de la Japan Expo. L’année dernière j’avais tenu ma promesse envers mes filles et je les ai accompagnés à ce festival gigantesque. Tous les trois on a été conquis et j’avais consacré sur ce blog quatre (!) articles à cet évènement. Donc un an déjà et mes lecteurs ont dû s’habituer à mes drôles de choix de sujets – mais vous commencez peut-être à comprendre : le but de cet exercice consiste à se focaliser sur des choses joyeuses dans la vie (ma méthode « Happy Millefeuille »). Car le tout me permet de bien continuer et de développer mes projets perso – même et surtout si ça prend du temps.

Mes filles et moi, nous sommes impressionnées par des Cosplayeurs, à un tel point qu’on avait comme projet de nous déguiser nous-même cette année. Mais comme nous aimons des choses bien faits et avons tous les trois un côté perfectionniste nous avons remis ce projet un peu de côté. Car pour mes filles la priorité cette année était de passer le brevet. Et en plus on se heurter simplement aux choix du personnage. Quel personnage incarner ? Quel costume choisir qui ne fait pas trop « plastique » ? Pour ma part je me posais la question si j’ai envie de me déguiser dans un personnage d’un film, une série ou d’un jeu ? Ou préférais-je pas plutôt de développer mon propre style qui a un lien vers mon projet en cour d’un livre dans le genre de la High Fantasy ? Eh bien là, tout se complique car il faut vraiment développer dans le détail tout – des habilles aux armes. Donc pour l’instant nous ne sommes pas en mesure de nous déguiser, ni mes filles, et encore moins moi-même. En plus il fait tellement chaud en juillet donc en fin de compte j’étais bien contente de me balader en jeans-baskets-débardeur.

L’année dernier déjà j’avais remarqué le stand de « Sethopia », une jeune créatrice de Toulouse avec tout une gamme de bijoux dans l’esprit « Memento Mori ». Croquer la vie en pleines dents car il ne faut pas oublier que nous allons mourir – c’est juste.

(Pour les curieux suivez ce lien pour retrouver mon premier article à ce sujet !)

Pendant que j’ai fait mes recherches pour mon éventuel futur costume j’ai retenu l’idée de jolies cornes de bélier (une de mes héroïnes dans mon livre en porte un casque garni avec). Mais ce n’est pas évident du tout de trouver des belles cornes ! Et comme j’avais un peu mis de côté ce projet, car on ne peut pas être partout, je me suis simplement contentée de rêver et collectionner des images inspirantes sur Pinterest.

Par contre j’étais hyper heureuse de retrouver aussi cette année le stand de « Sethopia » ! Elle propose aussi des cornes seules mais j’ai littéralement craqué pour un serre-tête garni de cornes, de feuilles, de fleurs, un petit crane et des petites pommes de pins. Très « esprit de la forêt » ! Mes filles ont approuvé (j’allais pas les mettre mal à l’aise quand même!) et j’ai osé de me balader avec mon nouvel accessoire le reste de la journée au festival. C’est en fait très naturel de se balader ainsi, on se tiens même un peu plus droit !

Et moi, qui a une sainte horreur des selfies, j’ai tenté la petite pose souvenir pour mémoriser ce moment. Encore un grand Merci !

Sethopia 7 1

J’ai adoré aussi une petite bague en forme de fleur dans des tons d’automne. D’ailleurs vous pouvez trouver ces bagues, colliers, broches et bracelets sur son magasin en ligne sur etsy.  

Sethopia 6

Je suis fan et j’ai hâte de continuer mes recherches et ma collection dans ce sens. Le moment venu je vais faire quelques photos dans la forêt avec ce nouvel élément pour illustrer mon histoire personnelle qui accompagne l’écriture de mon projet de livre (pour l’instant je l’écris en allemand, ma langue maternelle – tout simplement).

 

Publié le

Idées gourmandes de Kobus Botha

Idées gourmandes de Kobus Botha

Dehors il pleut et j’ai envie de partager avec vous deux recettes signé Kobus Botha, le champion des grillades. Il me tarde de découvrir bientôt son restaurant « My Food » à Montreuil mais pour l’instant je me contente d’apprendre de son livre que j’ai trouvé un peu par hasard. Le Braai, le Barbecue Sud-Africain, est tout un mode de vie. On se retrouve entre amis et en famille (en très grand nombre !!!) pour partager ses repas. Et je suis impressionnée par la taille des barbecues que Kobus Botha est capable d’organiser – c’est énorme !

Kobus Botha 1

Mais pour rester à l’échelle de mon blog j’ai choisi deux recettes pour vous qui s’adaptent à toutes les cuisines (aussi sans viande).

Je suis fan de Chutney (comme l’extraterrestre Paul dans le film du même nom …). J’en trouve rarement dans des rayons épicerie quand je fais mes courses, mais c’est tellement bon dans la cuisines comme avec la recette des œufs brouillés à l’Indienne par exemple, bien d’autres choses.

Alors je me suis lancé dans la fabrication de mon Chutney fait maison. Ce n’est pas compliqué il faut seulement un peu de temps. Mais ça vaut le coup. Après je me retrouve avec pleins de petits pots, ça fait de petits cadeaux sympas à partager avec des amis. (J’adore apporter des choses faits par moi-même !)

Donc voici la recette :

Chutney

Pour environ 3 kg

Préparation : 35 minutes

Cuisson : 1 heure

Repos : 1 nuit

Ingrédients :

2 kg d’abricots secs

1 gros oignon

60 cl de vinaigre blanc

2 cuillères à soupe de gingembre en poudre

1 cuillère à café de piment de Cayenne

1 cuillère à café d’ail en poudre

1 cuillère à soupe de sel

2 cuillères à soupe de moutarde de Dijon

1 kg de sucre

Kobus Botha 4

Préparation :

1 – La veille, mettez les abricots secs à gonfler dans de l’eau chaude à hauteur.
2 – Le jour même, égouttez-les (gardes l’eau de trempage) et hachez-les.
3 – Pelez l’oignon et hachez-le. Mettez-le dans une casserole avec tous les ingrédients sauf le sucre. Faites bouillir jusqu’à ce que l’oignon ramollisse. Ajoutez les abricots hachés avec leur eau de trempage et le sucre.
4 – Mélangez et faites cuire à petits bouillons entre 45 minutes et 1 heure. Remuez souvent. Ajoutez de l’eau si c’est trop épais. Le Chutney doit avoir la consistance d’une confiture.

« Le chutney est une confiture salée. Il est incontournable avec le bobotie. C’est un peu le ketchup d’Afrique du Sud, on le mange avec tout, sauf les frites. »

Le Chutney se conserve très bien longtemps dans des bocaux stérilisés.

Tiens – ça me donne envie de tenter de faire du ketchup maison un de ces jours …

Kobus Botha 3

Et ensuite j’ai découvert une façon de cuire des carottes très sympa. J’ai adoré pendant les jours à grosse chaleur, car ce genre de plat tu le prépare et tu le laisse tranquille sur son feu pendant que tu t’éloignes un peu pour te reposer

Carottes (Soetworels)

Pour 4 personnes

Préparation : 10 minutes

Cuisson : 1 heure

5 grosses carottes

1 noix de beurre

2 cuillères à café de sucre

Sel, poivre blanc

1 – Pelez les carottes et coupez-les en rondelles de 1,5 cm

2 – Faites fondre 1 noix de beurre à feux très doux dans une cocotte. Ajoutez les carottes, le sucre, le sel et le poivre, couvrez.

3 – Laissez cuire 30 minutes. Ouvrez la cocotte et remuez avec le jus qui s’est formé. Couvrez à nouveau et faites cuire 20 minutes.

4 – Retirez le couvercle, remuez encore et laissez cuire jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de jus. C’est prêt quand les carottes sont légèrement caramélisées.

 Kobus Botha 2

J’espère que je vous ai trouvé des nouvelles idées pour agrémenter votre cuisine. Par exemple sur les carottes j’aime ajouter des graines de sésame à la fin de la cuisson …

Le livre en question vous le trouvez chez Mango éditions sous le titre : « Cuisine d’ici & d’ailleurs – Barbecue & autres recettes d’Afrique du Sud – Kobus Botha »