Publié par 3 commentaires

Coloriages pour adultes

coloriages-pour-adultes

Bonjour tout le monde ! Je trouve ça très amusant de reprendre une activité que j’ai laissé de côté un certain temps. En fait je trouve qu’il y a quelque chose de réconfortant dans le fait de pouvoir reprendre une activité qu’on avait commencée à un autre moment. C’est presque symbolique ! On se souvient d’une autre époque et on contemple le chemin parcouru avec ses changements et expériences.

En plus j’ose dire qu’il n’y a pas vraiment de hasard dans la vie. Quand j’ai commencé de parler du coloriage pour adultes sur ce blog je me trouvais au début de cette histoire, j’avais attrapé une belle grippe et j’étais clouée au lit. J’avais déjà commencé timidement à m’approcher de cette activité ludique et joliment régressive avant de commencer à écrire sur « Happy Millefeuille ». Je m’étais acheté un petit livre de cartes postales des Johanna Bradford avec des motifs de sa forêt enchanté.

johanna-basford-foret-enchantee

Avec mes recherches personnelles je me suis attaqué à d’autres motifs avec des feutres à l’alcool ou à l’eau. Je me suis baladé sur le net en trouvant des passionnés et des vraies artistes de cette activité. Le fait de contempler toutes ces belles images hautes en couleurs m’a beaucoup plu et apaisé. Le fait de voir d’autres personnes exercer des coloriages à la perfection est plutôt rassurant pour moi – comme quoi il y a un tat d’autres gamins sur terre qui passent du temps à colorier des images qu’ils n’ont pas créées eux-mêmes.

Maintenant pendant cette période hivernale un peu grise et fatigante j’étais bien contente de retrouver ce cahier de coloriages avec des mandalas. J’aime beaucoup reprendre des bases. Cette fois-ci j’ai emprunté des feutres fins de la marque Stabilo de mes filles.

La définition d’un mandala selon le cahier :

« Le mandala est de loin le symbole d’une méditation active, un diagramme considéré comme magique par le bouddhisme et permettant de se détacher du monde. Un enseignement important alors que nos sociétés contemporaines deviennent de plus en plus stressantes et agressives. Laissez-vous porter par le calme de ces figures ancestrales, lâchez prise et découvres une nouvelle forme de bien-être. »

Donc je me retrouve dans mon travail avec ce blog : au lieu de constamment dresser une liste avec tout ce que je n’ai pas (c’est en fait une idée idiote car cette liste est probablement interminable, donc c’est une pensée inutile), je me focalise sur ce qu’il y a et ce qui va bien. En procédant de cette manière on se rend compte que notre liste à nous peut devenir très longue, voire interminable et s’allonger constamment, car on progresse avec ses recherches et inspirations tout simplement.

Beaucoup de personnes qui se confrontent à des activités comme le coloriage pour adultes par exemple peuvent se poser des questions sur le fait de vouloir faire un point sur certains éléments dans leur vie. Je vous invite à lire mon début sur ma méthode « Happy Millefeuille ».

mandala-1

Tout de fois je me permets quand même de donner quelques conseils quand on commence le coloriage pour adultes avec l’idée de vouloir se détendre. 

1. Replongez en enfance et concentrez-vous seulement sur le papier et le motif en face de vous. Tout le reste n’a pas d’importance.

2. Prenez votre temps ! Quand on n’a pas tenu un feutre ou un crayon de couleur depuis des années on manque peut-être de dextérité, mais avec un peu de patience ça vient.

3. Inspirez-vous sur le net. Il y une foule de personnes qui s’adonne à cette activité mais vous ne comparez pas ! C’est inutile et aucunement le but de cet exercice.

4. Vous avez en face de vous votre coloriage, aucun professeur va vous dicter le choix de vos couleurs ou vous gronder parce que vous travaillez trop lentement. Laissez tout vous souvenir désagréable de l’école derrière vous et soyez uniquement dans le présent.

5. Souriez et respirez !

6. Faites-vous un thé, allumez une bougie parfumée, écoutez une musique agréable à votre choix. Le choix des motifs de coloriage pour adultes est vraiment vaste, il y en a pour tous les goûts – enfantine, rock, zen, drôle, fantastique, geek, cinéphile, mode, nature …

7. Appliquez-vous car c’est votre ouvrage à vous, rien que pour vous et vous aurez plaisir à la contempler plus tard quand vous allez voir vos progrès.

Bien voilà, j’espère que l’idée de reprendre le thème sur le coloriage pour adultes vous a plu. N’hésitez pas à donner votre avis dans vos commentaires ou à partager vos propres expériences.

Prenez soin de vous !

mandala-2

 

 

Publié par 2 commentaires

Écrire pour un journal de jeunes

écrire pour un journal d jeunes ... autrefois !
écrire pour un journal d jeunes … autrefois !

La fameuse phrase qu’on prononce par moments avec nostalgie qui disent que dans une époque revoulu les choses étaient mieux, n’est heureusement pas toujours vrai. À bien y réfléchir de moins en moins mais ça c’est un autre sujet plus philosophique.

Aujourd’hui j’avais juste envie de me souvenir d’une anecdote dans ma vie de gamine. J’écrivais des histoires depuis mes six ans donc à l’adolescence c’était presque naturel que je rencontre l’équipe qui tenait un journal de jeunes dans notre MDJ de la ville. On se retrouvait autour d’une petite table sale envahie par des graffitis sombres fait avec des feutres à l’encre indélébile et des taches de café. La musique rock progressive nous obligeait d’hurler pour se faire comprendre. Un mec de ma classe écrivait des textes de révolte de critique politique et je ne comprenais pas une seule phrase de ce qu’il voulait dire. Et il n’arrêtait pas de dessiner des caricatures bizarres et étranges à mes yeux. Je ne sais pas ce qu’il est devenu. À côté il y avait une fille à l’apparence très sage et posée qu’il voulait écrire sur des activités dans la petite ville, comme par exemple le marché de Noël. Et un autre mec plus âgé avec un air très fatigué et détaché se laissait convaincre d’écrire un article sur un concert d’un groupe rock local dans un village dans les environs. À l’époque c’était la guerre d’Irak et j’avais pondu une histoire amusante inspirée par ma petite sœur à qui je tentais d’expliquer un peu des infos. Le tout tournait autour de la vision d’un enfant et son monde, et comme quoi les peluches n’étaient pas douées du tout pour la guerre donc c’était difficile à comprendre. (Ma sœur a 9 ans moins que moi et on jouait beaucoup ensemble.) J’avais lu mon court texte devant l’assemblée des initiés de ce journal. Le rédacteur en chef trouvait l’idée originale et demandait démocratiquement à tous les membres de l’équipe ce qu’ils en pensaient. Honnêtement je ne me souviens plus de leurs réactions, d’autant le musicien manqué faisait semblant de dormir. Écrire un texte sérieux sur l’actualité des grands titres de la presse me semblait très prétentieux. Notre journal minuscule avec un tirage insignifiant ne pouvait à mes yeux avoir un autre intérêt qu’amuser un peu les quelques lecteurs. Mais mes petits collègues me demandaient sur un ton de reproche pourquoi j’étais toujours obligée de parler du positif et du bon dans l’humain.

L’article fut imprimé et j’ai toujours continué d’écrire sauf pour ce journal. Eh bien je me suis dit : faire ce qu’on aime devrais au moins nous faire plaisir à nous, d’autant de plus si on ne reçoit pas un centime pour le travail effectué. Eh bien oui, déjà à l’époque j’avais envie de voir le positif et d’en parler avec un certain humour.    

Publié par 3 commentaires

Mes wishlists à moi !

Mes wishlists à moi !
Mes wishlists à moi !

J’avoue que je n’ai pas fait de listes depuis bien longtemps. Mon mari me reprochait même de temps en temps de ne jamais faire une liste des courses. Je trouvais que c’était une perte de temps et j’ai bien changé d’avis depuis quelque temps. Des listes des courses s’avèrent plus qu’utile quand j’ai envie d’essayer des nouvelles recettes … Alors pourquoi j’ai arrêté de faire des listes ? Parce que c’est un truc de jeunes ? (La fille dans le livre « Cornichons et chocolat » fait des listes tout le temps …)

C’est en lisant des blogs et des fameuses « wishlists » que je m’interroge sur leur utilité. Dans le magazine « As you like » on trouve de belles pages joliment illustrées pour noter sa liste à souhait, on peut les détacher … ou simplement découvrir une illustratrice comme Mademoiselle Steff par exemple (je suis fascinée !!!).

Donc petit à petit je me suis mise à faire mes propres listes pour m’organiser mieux.

Liste des choses utiles pour la créativité

Liste des parfums que j’aime

Liste de livres que j’ai envie de lire

Liste d’idées cadeaux

Liste d’idées cadeaux pour moi !

Liste des choses à faire (LA « to do list »)

Liste d’idées d’endroit pour prendre des photos

Liste de projets DIY

Liste d’envie de produits maquillages/beauté

Etc. etc …

Enfin – c’est amusant de faire des listes. Et je me suis dit, pourquoi pas dessiner mes propres looks de listes, crée mes visuels à moi ? Bon, il faut bien commencer quelque part. Pour l’instant je me prends un peu la tête sur l’écriture et à quoi devrait ressembler une liste pareille – vide, qui n’attends qu’à être rempli par moi et par ceux qui veulent. Alors je commence à me mettre au boulot et j’espère que je vais pouvoir bientôt mettre en ligne ma première liste en cadeau pour mes lecteurs à télécharger et imprimer.

Les premiers dessins sont faits… une belle histoire à suivre.

Pour mes listes : inspiration et création
Pour mes listes : inspiration et création
Publié par Laisser un commentaire

La Journée de la femme

C'était la journée de la femme ! (dessin @Stéphanie Berth)
C’était la journée de la femme ! (dessin @Stéphanie Berth)

En tant que blogueuse sérieuse et fille bien organisée j’aurais dû noter en avance la date de cette journée de la femme, préparer mon billet et mes super visuels. Mais en réalité ça ne se passe pas du tout comme ça chez moi. J’ai posté mon article sur un parfum que j’aime hier soir tard après un dîner et un peu de repassage (après une journée de boulot bien sûre), je fais un tour sur facebook et comme il est minuit dépassé la journée de la femme a déjà commencé et j’aperçois les premiers posts bien illustrés des pros pour attirer le regarde de leurs lecteurs.

Donc aujourd’hui c’était la fameuse journée, beaucoup de personnes se disent contre, car selon eux c’est tous les jours la journée de la femme et veulent lancer une polémique à ce sujet. Vu ce qui se passe dans notre monde je pense que ce plutôt une bonne chose d’instaurer ce genre de point de réflexion et d’action. En tant qu’humains nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant pouvoir dire de ne plus avoir besoin de mentionner les femmes pendant une journée en particulière. Je dis ça seulement pour ne pas oublier toutes ces horreurs de guerre, d’atrocité, d’injustice, violence et fanatisme qui semblent faire partie du quotidien dans bon nombre de pays depuis bien trop longtemps. Mais même chez nous il en reste beaucoup à faire : en passent par des femmes qui travaillent et sont payées environs 20% moins que leurs collègues masculins pour le même boulot et les différents postes occupés exclusivement par des hommes dans certaines entreprises.

Pour la journée de la femme ...
Pour la journée de la femme …

Ensuite les stéréotypes de comportements, nos doutes et une sorte de culpabilité latente chez beaucoup trop de femmes avec cette impression de ne jamais être assez bien … bref, une foule de questions concernant la vie d’une femme que les hommes n’ont même pas à se poser. Donc j’en conclus que c’est une bonne chose de marquer la journée de la femme dans un calendrier et de faire avancer des choses même par petits pas. Il vaut mieux avancer lentement que pas du tout ou de reculer.

Mais vivre avec des femmes veut dire quoi concrètement ? On s’est posé la question ce matin pourquoi certains de nos amis sont plus difficile à voir qu’avant par exemple et nous avons constaté les changements sont souvent dirigés par la femme dans l’enceinte d’une famille, un foyer. Trois ans en arrière une amie nous parlait de sa vie à la campagne avec sa maison ouverte aux copains comme une jeune diplômée qui savoure la vie et veut que tout le monde le sache. Ensuite elle traverse la phase des nouveaux amis, plus concentré sur une sorte de réseaux pour sa réussite dans son travail, en passent par des règles d’alimentaire assez strictes ou une façon de ranger sa maison et ses affaires selon des indications de livres à la mode, sans oublier le programme sportif et éducatif du petit et des balades en nature, ses visites chez le kiné et à l’école du sommeil … bref, je suis au courant de tout ça car chaque élément mentionné dans sa vie nous a donné la matière de discuter, ou plutôt l’écouter parler de ses nouvelles résolutions pendant des soirées entières. J’ai remarqué que beaucoup des femmes ne parlent pas, elles prêchent et elles se plient constamment à des nouvelles règles dans leur vie tout le temps en souhaitent que tous leurs proches font comme elles. Ce n’est pas épuisant à la longue ? J’ai envie de poser la question quand est-ce qu’on commence de vivre ? Je veux dire comme avant ? Comme une gosse qui s’oublie dans un après-midi de jeu et savoure sa vie simplement, heureuse d’exister. Probablement cette sensation est un état assez rare, quasiment un état de grâce.

J’ai pris l’exemple de mon amie car je le trouve sa façon d’être assez significatif pour pas mal d’autres femmes que j’ai rencontrées au fil du temps. Vivre pour soi ne semble pas si évident que ça en fin de compte. Posons-nous la question combien de choix nous font pour paraître bien aux yeux des autres, combien nous sommes dures avec nous-même et nous sommes nos propres juges sans pitié envers notre meilleure amie et ennemie – nous.

Alors pour célébrer cette année la journée de la femme en tant que femme je me prends le plaisir d’écrire cet article en retard, penser à mes sœurs et penser à moi et j’ai envie de nous inviter tous à dire de temps en temps : « Merde ! Je suis très bien comme je suis, je n’ai pas demandé à être là sur cette terre à la place sur laquelle je me trouve et je fais de mon mieux tous les jours pour les autres (famille, amis, etc.) et moi. Alors on arrête de toujours demander plus et mieux. On a tous besoin de se retrouver pour mieux grandir ensemble. »

Publié par 5 commentaires

Coloriages pour adultes – ça reste à voir …

Le coloriage pour adultes - un après-midi positivement régressif :)
Le coloriage pour adultes – un après-midi positivement régressif 🙂

C’est seulement l’été dernier que j’ai découvert le coloriage pour adultes et pour commencer je me suis procuré un set de cartes postales de l’artiste Johanna Basford. La série « Forêt enchantée » est vraiment très belle et poétique. Du coup j’ai trouvé sur le net tous les passionnés du coloriage pour adultes, vous verrez vous-même en suivant les liens – c’est formidable.

Il suffit de regarder, beaucoup de personnes prennent cette activité très au sérieux. Certains livres de coloriage sont classé par ordre : débutant, confirmé ou expert. Je trouve ça amusant. Aujourd’hui je me suis pris quelques heures pour déballer mes feutres et un autre livre de coloriage pour adultes et je me suis collé dans mon canapé en me disant : cette après-midi va être un moment de régression, pour pas dire retour en enfance, il ne faut pas exagérer. Mais quand même longtemps en arrière. (J’ai même mis un vieux cd d’Enya – j’ai écouté ça quand j’avais 14 ans …)

Deux sortes de coloriages - un avec des motifs pour le scrapbooking et l'autre de Johanna Basford.
Deux sortes de coloriages – un avec des motifs pour le scrapbooking et l’autre de Johanna Basford.

En fait colorier des motifs me permet de réfléchir, mettre de l’ordre dans mes idées, mes impressions et mes projets. Une façon de me dire « stop ! », pause-toi un peu et fait quelque chose de limite absurde. Comme le coloriage pour adultes est toujours à la mode ça peut passer. C’est tout simplement plaisant d’observer comment des motifs en noir et blanc prennent de la profondeur au fur et à mesure qu’on applique des couleurs. Il suffit de se concentrer un minimum pour ne pas trop dépasser pour que le résultat soit joli. En même temps je me suis souvenu d’une copine qui adore faire ces coloriages, choisir ces couleurs et elle se plaint car son mari n’apprécie pas quand elle se concentre sur cette activité. Quel dommage ! Je pense que beaucoup de problèmes viennent de là – le jugement ! Juger tout et tout le monde et soi-même. Peut-être le fait de s’adonner de temps en temps au coloriage pour adulte peut nous aider à prendre de la distance de ce jeu de jugement vraiment fatiguant et inutile. Je pense que c’est bien de s’instaurer des espaces dans nos vie rien que pour nous, loin de tout jugement et faire simplement ce qui nous plaît. Une autre copine me parlait de son désir de vouloir créer un espace à elle pour pouvoir fabriquer ses bijoux … visiblement ce n’est pas toujours si facile que ça pour les filles de faire ce qu’elles veulent chez elles pendant leurs temps libre … un fait à prendre en considération.

Une envie de crêpes et mes réflexions sur le coloriage
Une envie de crêpes et mes réflexions sur le coloriage

p.s. : J’avais trouvé le livre de coloriage avec des motifs pour scrapbooking de la marque rms Europe

 

Publié par Laisser un commentaire

J’aime des carnets

Mes carnets - une passion !
Mes carnets – une passion !

Aujourd’hui j’avais envie de parler de mes carnets et j’étais agréablement surprise du nombre que j’ai pu remplir au fil du temps.

Des notebooks pour les voyages, des livres, des idées, des pensées … etc. etc.

Lucie loves Notebooks ...
Lucie loves Notebooks …

Des carnets – depuis toujours j’aime des carnets. Je me souviens que déjà petite j’aimais en faire collection. Je me disais que ce n’était pas raisonnable, un carnet est un utile et il fallait en avoir besoin pour noter des choses. Si un carnet déjà utilisé n’était pas rempli selon l’éducation de ma famille il y avait aucune nécessité de posséder d’autres carnets. Même si le papier était particulièrement doux ou coloré, peu-importe si le carnet avait une forme amusante, pas besoin d’y réfléchir – je n’en avais pas besoin. Alors je cachais mes carnets chéris comme je pouvais. Le plus drôle était que je trouvais de quoi écrire dedans – des listes avec des choses que j’aimais, que je n’aimais pas, des thèmes différents pour chaque carnet – un était bien pour des idées d’histoires, l’autre pour des observations du quotidien, un autre était parfait pour noter des trucs de fille et un autre pour des réflexions sombres et encore un autre pour des histoires romantiques mais sérieuses, et peut-être un spécialement pour des trucs qu’on décrirait aujourd’hui comme « kawai ». (Oui, j’adorais déjà Hello Kitty, Littles Twin Stars, etc.)

Session de photos pour mes carnets
Session de photos pour mes carnets

Je n’avais aucune envie de me limiter – autrement dit lire l’étranger de Camus de son plein gré à douze ans (ce n’étais pas au programme scolaire chez nous) et collectionner des « My little poney » secrètement dans mon secrétaire qui se fermait à clefs c’était tout à fait possible (quel dommage que je ne les ai pas gardés ces jouets des années 80 … ce sont de collectors maintenant !)

Notes, idées, dessins, collages dans des carnets
Notes, idées, dessins, collages dans des carnets

Je n’ai pas vraiment changé en fin de compte et j’adore l’idée de la liberté de pouvoir apprendre sur incroyablement de sujets différents, être curieux tout simplement. Les notes dans des différents carnets m’aident à garder un semblant d’ordre dans tout ça.

Et chaque première page d’un tout nouveau carnet est un peu comme une promesse pour une nouvelle étape.

Souvenirs cachés et carnets extraordinaires
Souvenirs cachés et carnets extraordinaires

L’avantage indéniable d’un bon vieux carnet avec des pages en papier est qu’on peut glisser des fleurs séchées et des photos dedans et des chats peuvent s’abriter entre deux piles pour faire une sieste.

Mes chats peuvent faire une sieste entre des piles ... bon, j'exagère...
Mes chats peuvent faire une sieste entre des piles … bon, j’exagère…
Sketchbook
Sketchbook