Publié le

« La Magie du Rangement » – mon 1er chapitre perso:

Il est temps d'apprendre la Magie du rangement

Bonjour tout le monde !

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la magie du rangement. Il existe bien entendu le hashtag #lamagiedurangement lequel se trouve forcement liée à une jeune femme japonaise nommé Marie Kondo. Personnellement j’ai entendu parler de son livre et de sa méthode il y a déjà plus de trois ans. Une amie de l’époque m’en parlait avec un enthousiasme un peu trop insistant à mon gout (pour ne pas dire que j’ai trouvé cette conversation engagée de sa part chiante et pénible à écouter). Mais pour qui elle se prenait ma copine de ce moment qui a fini par devenir une vague connaissance (pour d’autres raisons bien entendu) ?
Sa maison était perpétuellement en bazar, un désordre partout, elle criait constamment après son fils et donnait des ordres incessants à son époux. Ses repas n’étaient ni très bons, toujours servi après une attente incroyable, on crevait de faim après une journée de boulot autour d’un apéro, une gentille catastrophe en fait. Nous avons passé du temps ensemble parce que nos maris respectifs s’entendaient bien et avaient des intérêts en communs. La vie a fait que nous nous voyons plus et c’est très bien comme ça.

Je vous parle de cette situation du passé pour illustrer comment on peut avoir une impression erronée sur un sujet à cause du simple fait que nous avons pris connaissance de quelque chose dans un contexte pas très positif.
Ma maison est plutôt bien rangée, du moins l’ordre est important pour moi et je n’aime pas le bazar qui traine dans notre espace de vie. Il est important pour moi que chaque lieu de la maison soit utilisable pour ce qu’il doit nous apporter à chaque moment de la journée. Les lits sont faits et propres, la cuisine rangée et nettoyée pour préparer les repas, le coin canapé disponible pour accueillir tout le monde pour se reposer, etc etc.

Donc avec mon esprit critique et sceptique je ne comprenais absolument pas pourquoi on devait appliquer une méthode de rangement pout tenir sa maison ?

Je me disais que pour des personnes désordonnées avec un train de vie chaotique c’est peut-être important de se donner de temps en temps l’impression de faire un pas vers un habitat plus ordonné, mais je n’y croyais absolument pas. Quand j’entendais une connaissance parler d’une méthode de rangement ou mieux, d’un bouquin sur le développement personnel je n’accordais aucun crédit. Une lubie qui allait leur passer très bientôt, je me disais simplement. Pour moi part je n’aime pas parler de ce que je veux faire avant de le commencer. Je préfère faire mes recherches et études avant toute seule et de me lancer petit à petit. Réaliser des choses est très important pour moi, en parler vient plus tard, pour partager les expériences et continuer à apprendre et à développer.

Maintenant je tiens mon blog depuis un certain temps et le considère comme un compagnon de mon développement. Je me laisse guider par mes intuitions et je suis heureuse de voir que j’ai pu reprendre d’autres projets en parallèle et atteindre certains objectifs. Mais j’ai souvent l’impression de manquer du temps, d’être submergé par des évènements et des tâches à accomplir. Pourtant je sais très bien que je parviens à utiliser mon temps pas trop mal et que les choses avances.

Magie du rangement 1er chapitre 3

Un heureux hasard a fait que je suis tombée sur le manga qui parle de la méthode de la magie du rangement de Marie Kondo. J’aime beaucoup flâner dans des rayons des livres ésotériques, éventuellement choisir des cônes d’encens pour la maison, regarder des beaux ouvrages. Et justement le rayon des livres de développement personnel n’est jamais très loin et je découvre ce manga. Mes filles adorent lire des mangas et je rêve que leur chambre soit bien rangée, mais je ne sais pas comment y parvenir. Je n’aime pas l’idée de crier sur elle, donner des ordres et de faire ça dans un état désagréable et épuisant.
C’est pénible et fatiguant ce rôle de mère, je ne le ferais pas, je n’y vois pas l’intérêt et je me dis qu’un rangement doit venir de la personne qui habite ce lieu. En fait j’espère de déclencher quelque chose dans la tête de mes filles en laissant trainer ce manga qui raconte la méthode de Marie Kondo dans les toilettes. Mais je sais déjà que je vais le lire moi-même. Un manga se lit facilement et je n’ai pas envie d’accorder du temps à son livre et je vais vous dire pourquoi. Non seulement à cause de la mauvaise première impression donné de ma copine de l’époque. Aussi parce que j’ai déjà vu des bloggeuses et instagrameuses prôner les bénéfices de cette méthode avec des photos d’une déco incroyablement girly, épuré, dans des tons pastel. Des intérieurs sortis d’un magazine de déco, parfaitement accordé aux tendances actuelles, et vide et impersonnel à mon gout. Je ne voyais pas l’intérêt de copier ce genre d’idéal pour moi non seulement inatteignable et surtout à des achats que je n’ai pas envie de faire.

Jeudi dernier je me trouve bloqué chez moi à cause d’une grève générale des transports et je suis énervée. Il n’y avait pas question un jour d’une sorte de service minimum ? Il se trouve que j’ai des heures supplémentaires à ne plus savoir qu’en faire et je m’arrange avec mon boulot. De retour chez moi je me fais un café et je me pose avec ce nouveau manga et commence à le lire.
L’exemple donné est très parlant. Une belle petite histoire d’une jeune femme dans la vie d’aujourd’hui. Elle se trouve submergée par un bazar sans nom dans son petit appartement et ne sait absolument pas par où commencer. Alors elle fait appel à une pro – la fameuse Marie Kondo entre en scène. Tout d’abord pour commencer pas besoin d’acheter quoi que ce soit. Il suffit de faire le tri. Mais on procède par objet et non pas par endroit. Et cette idée me plaît ! Je considère ma maison comme rangée, mais j’ai le sentiment que quelque chose ne va pas. Je sais en tous les cas que je perds beaucoup de temps à nettoyer et à ranger justement. Faire le tri, je sais faire, mais ce n’est pas très agréable comme activité et je me sens fatigués après.

Magie du rangement 1er chapitre 4

Alors Marie Kondo nous suggère de choisir un thème d’objets par lequel commencer. Moi, je choisis les livres. J’aime les livres ! Ils sont importants pour moi. J’ai énormément de livre chez moi. Et je commence à comprendre qu’ils ne sont pas tous important, juste un certain nombre d’entre eux. J’avais commencé à faire le tri pour en vendre au prochain vide grenier, mais ce petit tas me prends de la place aussi dans la maison. Donc je décide de suivre le conseil de Marie Kondo : apporter TOUS les livres de ma maison au milieu du salon et de les regarder. Si leur couverture ne parle pas, ne me fait pas vibrer, je sais que ne vais pas relire ce livre, eh bien je peux le remercier pour ce qu’il m’a apporté et le laisser partir. Tous les livres donnés par des personnes, je ne suis pas obligée de les garder comme une décharge.

Magie du rangement 1er chapitre 2

Je me pose la question pourquoi j’ai gardé tous ces livres ? Et il me revient un souvenir quand j’avais 12 ans. J’adorais aller à la bibliothèque et j’avais sympathisé avec un des employés. Un jour il m’avait invité moi et mes parents à sa fête du printemps dans sa maison. Nous sommes allées et j’étais impressionné. Sa maison était magnifique à mes yeux. Cet homme vivait seul, toutes les chambres de son habitat étaient décorées avec soin et excentricité. Des mises en scène des objets, des peintures, des installations, des collections des vinyles, des cartes postales et un nombre de livres incroyable.
Chez lui on écoutait de la musique, on partageait des plats exotiques, tous ses amis semblaient intéressants et se donnaient en spectacle. Dans ma tête j’avais gardé l’objectif de me constituer aussi une collection des livres pour impressionner tout le monde, être quelqu’un … vous voyez où je veux en venir. Cette idée date il y a 30 !!!! Ma vie n’est pas du tout semblable à la vie de mon pote à l’époque. En fait je l’ai perdu totalement de vu et en plus j’ai appris plus tard qu’il a sombré dans la dépression … Il vivait seul, moi je vis dans une famille. Les gens qui viennent chez nous n’ont absolument pas besoin d’être impressionnés par mes livres ! Personne à part moi ne les regarde en fait.

Magie du rangement 1er chapitre 1

Je peux les laisser partir avec joie ! J’ai fini par faire mon tri assez rapidement et remplir ma voiture avec pour les déposer chez Boulinier. Pour moi un excellent choix, je gagne un peu d’argent comme récompense pour mon effort et tous mes trésors lâchés peuvent être trouvés à moindre cout par d’autres personnes. Quand je reviens à la maison je peux ranger mes livres bien-aimés dans une bibliothèque nettoyée. C’est beau, c’est reposant. Il y a de la place, je retrouve des livres que j’adore vraiment bien mis en valeur et facilement d’accès si j’ai envie de les utiliser. C’est top !

En plus tous les livres sont concentrés à des endroits stratégiques – là où je travaille. Plus de livres dans notre chambre ! Quand je me lève plus le petit stress au réveil à la vue de tous ces bouquins qui attendent d’être lu et sur lesquels s’accumule la poussière ! Je sens que je vais parvenir à me concentrer plus et gagner du temps au nettoyage par exemple.

Vous voyez comment peut fonctionner la magie du rangement ? C’est un acte vraiment très personnel et c’est pour cette raison que j’ai pris du temps pour raconter mon histoire un peu plus dans le détail. Vous ne laissez pas influencer par des raisons erronées. Faites-le pour vous et pour retrouver votre véritable VOUS ! Il ne s’agit pas de jeter, il s’agit de trouver ce qu’on aime et de laisser partir le reste.

Je me suis fait une petite liste avec des prochaines objets et j’ai hâte de recommencer pour continuer à laisser la joie respirer dans notre maison.

Vous avez déjà fait vos expériences avec la magie du rangement?

N’hésitez pas à laisser vos commentaires !

 

Publié le

« Une fille parfaite » – Mary Kubica

Une fille parfaite

Je viens de terminer la lecture d’un deuxième livre de Mary Kubica et je suis très contente de pouvoir approfondir mes connaissances dans des romans noirs d’actualité. (Une élève de mon mari m’a fait ce cadeau incroyable et elle m’a légué toute une collection de livres.) En fait c’est simple, le fait de se plonger dans ce genre d’histoire nous donne l’impression de connaître un peu mieux des réalités d’autres personnes comme nous en apparence et de ce fait se connecter un peu mieux aux réalités de notre monde.

Résumé du livre :
Une jeune femme issue d’une grande famille d’avocat et héritière d’une fortune considérable vit sa vie un peu rebelle comme artiste et enseignante dans des quartiers défavorisés. A priori elle se cherche à construire sa vie jusqu’au beau jour quand elle fait la rencontre d’un homme charismatique, mais inconnu et elle disparaît.
L’histoire raconte son calvaire et celui de son ravisseur. Mais également les angoisses de sa mère et comment la parfaite famille est arrivée dans cette situation inconcevable.

Mon avis :
Mary Kubica prend du temps à nous plonger dans l’intimité de chaque protagoniste de cette histoire épique. Surtout elle nous amène dans les profondeurs sombres de la société américaine soi-disant normale, mais probablement plus destructeur qu’on ne peut admettre.

Ce que j’en conclus personnellement sont les dégâts que les humains peuvent s’infliger les uns des autres au profit des apparences et à supprimer l’amour si nécessaire au développement et être de chacun de nous.

Une fille parfaite Poche – 14 novembre 2016
de Mary Kubica (Auteur)

Poche: 512 pages
Editeur : HarperCollins (14 novembre 2016)
Collection : HarperCollins Poche
Langue : Français
ISBN-13: 979-1033900986
ASIN: B01M1993HU

Publié le

« L’Inconnue du quai » – Mary Kubica

Mary Kubica - L Inconnue du quai

Une famille, un homme, une femme, une fille adolescente vivent leur vie selon des règles du rêve américain d’aujourd’hui. Papa est banquier et s’occupe des gros contrats pour l’entreprise qui l’emploie et ramène l’argent pour faire vivre sa famille. Sa femme travaille dans une association à but non lucratif pour venir en aide aux réfugiés et aux sans-abris. Les adultes sont trop occupés par leurs obligations qu’ils ont un peu oublié leur vie de famille il semble. Leur fille unique les méprise et n’aime rien en ce qui concerne sa famille.

Un beau jour la maman reste bloquée sur une sans abris qu’elle a vu dans la rue avec un bébé dans les bras. Cette image ne lâche plus la femme et toute l’histoire commence sa descente aux enfers à ce moment.

L’histoire est racontée du point de vue de la mère, du père et de la jeune sans-abri. Chaque personne a son passé, ses douleurs, ses cauchemars inavoués mais présents, ses blessures qui font surface à un moment donné pour prendre le dessus.

J’ai été vraiment sensibilisée à la pauvreté des gens humainement totalement délaissés par notre société et ça dans tout sorte de classe sociale. Tout le monde peut basculer à un moment ou un autre pour pas grand-chose, simplement parce qu’il a été abandonné par l’humanité, que tout son être se résume à jouer un rôle qu’il a certainement choisi, mais qu’il ne suffit pas pour lui permettre à devenir lui-même. Ce récit nous montre qu’il ne faut pas prendre à la légère les douleurs et les peurs des autres, qu’il vaut mieux prendre soin les uns des autres quand il est encore temps. L’idéale de la toute petite famille n’est qu’illusion. Il suffit de peu pour mettre en danger toute une famille et l’Etat n’est pas capable de s’occuper des plus faibles.

Je suis très contente d’avoir découvert Mary Kubica et je vais enchainer avec un autre roman d’elle : « Une fille parfaite ». Kubica prend du temps pour écrire chaque sensation, sentiment, ressenti de chaque personnage. Même si elle prend le risque d’installer certaines longueurs dans l’histoire. En tous les cas il ne faut pas lire ses romans uniquement comme un policier, plutôt comme une fresque de la société américaine.

L’inconnue du quai (HarperCollins Noir)

de Mary Kubica (Auteur)

  • Format : Poche
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 400 pages
  • Pagination – ISBN de l’édition imprimée de référence : 2280283190
  • Editeur : HarperCollins (11 janvier 2017)
  • Langue : Français
  • ASIN: B01DW2L1V4
Publié le

« Betty » – Arnaldur Indridason

Betty

Un roman noir du grand Nord, un policier avec des personnes du Nord comme protagonistes. Je pense que c’est une bonne chose de connaître un peu le fonctionnement de ces peuples pour bien plonger dans ce genre d’histoire et comprendre les acteurs et leurs choix.

Une jeune personne un peu perdue dans son métier de juriste rencontre un jour une très belle femme qui la persuade de travailler pour son époux, un riche et puissant homme d’affaires, connue dans tout le pays.

Je dois avouer que Indridason a réussi à me surprendre avec sa façon de mélanger les genres, de nous faire rencontrer que l’humain avec ses désirs, ses espoirs, ses peurs et sa fragilité. Nous sommes peut-être plus fragiles et faciles à laisser influencer si quelqu’un sait jouer avec nos sentiments les plus intimes.

Ce qui est remarquable aussi est la durée de ce livre – il se lit très rapidement, c’est un livre court. Pourtant il aborde des sujets graves dans nos existences. Mais il reflète parfaitement notre époque. L’argent et la reconnaissance sociale sont les principaux buts à atteindre dans une vie. Sauf qu’il faut remarquer que la plupart du temps ceux qui ont atteint ces buts se retrouve en face d’un néant et c’est à ce moment que les choses se corsent. On veut changer des êtres, de vie, de façon de vivre et avant qu’on se rende compte, une machinerie terrible s’est mise en route.

Ce qui m’a particulièrement surprise est le changement vraiment surprenant un peu après le milieu de l’histoire. Personnellement j’ai été étonné comment l’écrivain sait jouer avec des clichés qui habitent en nous. J’avais l’idée que je suis une personne relativement ouverte d’esprit, mais dès le début l’histoire j’ai été convaincu que le protagoniste principal était un homme. Peut-être je suis la seule à avoir eu ce sentiment. Ou bien il s’agit du fait que c’est un homme qui raconte l’histoire. Mais en même temps c’est appréciable qu’il aille droit au but, sans détour, pour éviter des longueurs.

Je ne donne que quatre étoiles car malgré tout je trouve que l’histoire et les actions des personnages restent selon moi un peu trop prévisible.

Betty (Anglais) Poche – 29 novembre 2012

de Arnaldur Indridason (Auteur)
  • Poche: 240 pages
  • Editeur : Points (29 novembre 2012)
  • Collection : ROMAN NOIR
  • Langue : Anglais, Français
  • ISBN-10: 2757830449
  • ISBN-13: 978-2757830444
Publié le

« Hortense » – de Jacques Expert

Hortense

Bonjour tout le monde ! J’espère que vous avez passé des bonnes fêtes en famille, simplement se retrouver avec des personnes qui vous sont chères. Je viens de terminer la lecture d’un livre justement pendant mon retour de voyage pour retrouver ma famille. C’était très étrange de se retrouver tous ensemble dans la joie et de la bonne humeur et lire ce roman qui raconte une situation très glauque. C’est peut-être la raison pour laquelle je n’ai pas lâché cette lecture, car le contraste de la vraie vie où je me trouve entouré d’amour et de bienveillance avec des personnes que j’aime, et cette solitude profonde qui est le sujet principal de l’histoire d’« Hortense ». Je peux comprendre pourquoi ce livre a tellement plu à autant de lecteurs, l’histoire se déroule à Paris et montre comment les gens peuvent vivre côte à côte sans pouvoir être ensemble, car les situations ne le permettent pas, ne le souhaitent pas.
Malgré tout je n’ai pas voulu donner une excellente note à ce livre pour quelques raisons très simples :

Résumé:

Voici le récit d’un enfant enlevé. L’histoire retrace le calvaire d’une maman qui déclare que sa petite fille a été kidnappé par son père biologique qui en occurrence n’a jamais voulu reconnaître l’enfant à la naissance et a laissé la mère à l’abandon au moment où elle lui a annoncé la grossesse.

Ce livre est structuré par chapitre comme un récit soit par la protagoniste principale, la maman en détresse, qui raconta sa jeunesse, la façon comment elle a rencontré le père de sa fille, comment elle a vécu la petite enfance avec sa fille et tout son calvaire pendant des années de recherches de la petite disparue. D’autres chapitres son écrit comme des témoignages des personnes interrogées par les enquêteurs de cette affaire.
Le tout se déroule à Paris dans des années 90 – 2000 jusqu’aujourd’hui.

Vingt deux ans plus tard la mère en détresse semble reconnaître sa fille dans une jeune femme qui travaille comme serveuse dans un restaurant à la mode pas loin de son appartement et l’affaire prend un autre tournant.

Mon avis:

J’ai lu ce livre avec un grand intérêt car je m’attendais à une intrigue invraisemblable. Dans l’ensemble l’histoire n’est pas mal écrite, mais j’avoue que j’étais un peu déçu quand je me suis rendu compte que le déroulement allait dans un sens assez prévisible. Jusqu’à la dernière page je m’attendais à un tournant vraiment surprenant. Ce fut le cas, hélas, un tournant qui enlève toute crédibilité de toute l’histoire. Je ne vais pas révéler l’énigme ici, car ce livre a reçu le prix des lecteurs 2017 et beaucoup de personnes aiment beaucoup ce livre et cet écrivain. Je ne voudrais donc pas enlever le suspense de cette lecture. Mais l’affaire est malheureusement incohérente. C’est la raison pour laquelle je vais lui donner que deux étoiles.

Hortense – Poche – 31 mai 2017

de Jacques Expert (Auteur)
  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (31 mai 2017)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253086681
  • ISBN-13: 978-2253086680
Publié le

Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux Jean-Claude Mourlevat

Et je danse aussi

Comme promis je vais tenir mon journal de lecture un peu plus à jour avec des résumés courts et mon avis. C’est un nouvel exercice pour moi, mais j’aime beaucoup. Voilà ce que ça donne :

Résumé :

Un grand écrivain français, connu et célèbre vit seul dans une belle et grande maison à la campagne avec ses souvenirs de sa vie passée et reçoit un mail de la part d’une lectrice inconnue. En principe il ne répond jamais aux courriers de personnes qui ne connaît pas, même s’ils se disent admiratifs de son travail. Sauf que dans le cas présent ce mail accompagne une grosse enveloppe mystérieuse qui pourrait contenir un manuscrit. Petit à petit s’installe un échange entre les deux personnes et il s’avère que le contenu de cette enveloppe cache un secret tragique.

Mon avis :

On lit se livre très facilement malgré tout le texte est sous forme d’échange de mails entre tous les protagonistes. On reconnait bien les diverses générations et personnes avec leurs faiblesses et leurs doutes. Il s’agit d’une lecture très agréable notamment dans cette période de l’année dans l’attente de changement, de retour de la lumière. Personnellement j’avais envie de lire la suite de la vie des personnages.

La seule remarque que je pourrais faire est plutôt de l’ordre personnel. Dans ce livre très populaire est encore une fois question d’un écrivain reconnu qui vit plutôt bien grâce à sa plume, mais qui se trouve en « panne ». Alors on a fait un bouquin qui parle du moment de la vie de l’écrivain quand il est en manque d’inspiration. On va dire que c’est au moins bien fait et un bon divertissement, mais malgré tout un peu autant envers tous ses écrivains pas connus du tout qui peinent à trouver le temps entre leurs boulots pour vivre à écrire leurs idées et éventuellement se faire entendre. Mais je dis ça, je ne dis rien.

N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette lecture !

Et je danse, aussi – Poche – 4 février 2016

de Anne-Laure BONDOUX (Auteur),‎ Jean-Claude MOURLEVAT (Auteur)
  • Poche: 312 pages
  • Editeur : Pocket (4 février 2016)
  • Collection : BEST
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266265970
  • ISBN-13: 978-2266265973
Publié le

Pour mon coin lecture : Virginie Despentes « Vernon Subutex 1 et 2 »

Vernon Subutex 1

Je viens de terminer deux livres dans l’air du temps, vous voyez, ils font partie des best-sellers et font couler beaucoup d’encre. Tout monde en parle et j’avoue que ça peut être plaisant de se trouver avec un bouquin dans les mains que des connaissances ont lues aussi, ça donne tout de suite un sujet de discussion.

Alors j’ai envie de partager avec vous mon expérience de lecture « Veron Subutex 1 et 2 »

De quoi on parle dans le premier livre : Paris, aujourd’hui, un homme, ancien disquaire dans la capitale qui a bien connu le monde de la musique, des artistes, du rock et toute la scène qui va avec. Aujourd’hui il est perdu dans le tournant de notre histoire et il est enchainé à Paris et ses habitants, des amis qui ont fait son monde, il est à la dérive et il cherche à survivre en utilisant ses connaissances et potes d’avant. Il détient des infos d’une star de la musique récemment décédée et espère de pouvoir se servir de ce testament.

Le livre est sorti le 7 janvier 2015 aux Editions Grasset. On se confronte aux questions qui nous hantent tous les jours : comment payer son loyer, comment faire quelque chose dans sa vie, comment survivre, comment gérer des infos sur internent, la politique, la précarité, les différences et injustices des classes sociales et le changement de notre époque.

Pour moi il est important de marquer la différence entre la vie des années 80 comparé à aujourd’hui. Certes, le temps passe, à la seule différence que les enfants de ses années étaient réellement convaincus que tout allait être possible dans leur monde. En tous les cas des messages du contrôle de masse allaient dans ce sens. Maintenant il faut prendre conscience de ce méfait et regarder la vérité en face. Peu de choses peuvent rapidement dérégler la vie d’un humain. Chaque personnage dans ces deux livres tente de se rassurer de ses propres convictions. Ils dépensent beaucoup d’énergie pour malgré tout poursuivre leur route. Peu importe s’ils sont sur la bonne voie ou pas.

Ce que j’ai pensé de cette lecture : tout d’abord j’étais fasciné par des avis des protagonistes si arrêtés, si dur envers d’autres personnes qui les entourent. Par exemple comment un mec totalement paumé passe son temps à juger toutes les femmes sur leur façon d’être, de s’habiller, de vivre. On a envie de lui demander qui lui a donné cette permission ? Mais je crois que beaucoup de gens vivent ainsi, des vies par procuration des images des autres interprétés par leurs pensées étroites à se confirmer leur façon d’être et trouver un semblant d’assurance.

J’ai vécu à Paris pendant 12 ans et j’ai rencontré des nombreuses personnes qui correspondent bien à la description des personnages des livres. Je sais aussi combien la vie à Paris est dure et oppressante. Paris devient le monde et c’est déroutant comme sensation. Paradoxalement on n’est jamais seul à Paris et tout le temps seul. J’ai observé ce cirque et personnellement je trouve ça important de pouvoir prendre des distances car une ville comme Paris ne peut jamais être le monde tout simplement. La suffisance des Parisiens peut être destructrice surtout pour eux-mêmes. Mes rencontres l’ont hélas confirmé. Pour illustrer cette situation il suffit d’imaginer un adulte se loger dans un 18 mètre carré à un prix hallucinant et se prendre pour un demi-dieu rien pour ça. Paris fait croire à la liberté, mais c’est juste une prison. Un véritable Parisien est constamment occupé à afficher les attitudes qui confirment son existence pour se faire croire à lui-même qu’il est authentique. Voilà le message que Virginie Despentes profile clairement.

Vernon Subutex 2

Lire ces livres ? Pourquoi pas ! Les deux se lisent facilement, mais je conseille de les lire avec une bonne dose d’humour comme il convient toujours quand les humains se prennent trop au sérieux. D’ailleurs je ne vois pas comment on pourrait faire autrement dans notre époque. Personnellement j’ai beaucoup apprécié cette lecture pour me reconnecter avec certaines réalités. J’ai choisi ce livre un jour ou j’ai oublié ma lecture en cours sur mon trajet quotidien. J’avais déjà remarqué la couverture à l’affiche au moment de la sortie du livre. J’imaginais un bon délire bien flippant à la Steven King car je ne connaissais pas Virginie Despentes jusqu’à ce moment.  Les mots comme « légende urbaine » et « formidable cartographie de la société française contemporaine » m’ont décidé de me lancer dans cette lecture.

 

Publié le

Swap livresque du printemps – c’est parti !

swap du Printemps 1

Ça y est – l’heure du swap livresque du printemps a sonné !

Je suis comme une gamine à choisir mes ingrédients pour mon paquet qui va bientôt partir en voyage.

L’idée de ce swap était d’échanger deux des livres déjà lu de notre étagère avec une autre bloggeuse. Et ajouter à ça quelques petites attentions, cadeaux pour marquer le printemps et faire connaître un peu notre univers. Un swap basé non seulement sur l’échange, mais aussi découvrir et faire découvrir.

Une tasse de thé

Je commence par présenter ce bouquin drôle qui fait partie de mes petits cadeaux : qui dit printemps, pense « nettoyage de printemps », détox et pourquoi pas « détox de l’esprit ». Un livre de Didier Lévy chez éditions Sarbacane pour jouer, griffonner, noter et surtout s’amuser car comme tant d’autres choses c’est à prendre au deuxième degré. (Je tiens à préciser que j’adore me balader dans des vide-greniers, chez Emmaüs, dans des braderies pour dénicher des bonnes affaires. Ce qui me permet même avec un petit budget de faire plein de cadeaux.)

Detox Book

Ensuite j’ai choisi comme premier livre le titre « Comment devenir un dieu vivant » de Julien Blanc-Gras aux éditions Au Diable Vauvert. Je trouvais ça intéressant de choisir un livre d’un éditeur pas très connu et en plus l’histoire est vraiment drôle, même si on rit un peu jaune par moments. Voici ma note perso que j’avais partagée aussi sur Goodreads :

Une idée brillante de raconter une histoire d’un looser qui fait intégralement partie de notre société et qui se lance à délirer d’une façon très simple et perspicace sur la fin du monde. Il partage le tout avec le plus grand nombre et fini à la tête d’un reality-show.

Je pense que Julien Blanc-Gras cerne bien la société telle qu’elle est réellement sans ajouter, sans enlever. Le résultat est forcément cru vu les circonstances – la fin du monde.

devenir un die vivant

Le deuxième livre est un livre de poche que j’ai trouvé moi-même dans une salle de repos et que j’ai commencé à lire immédiatement car il m’a fasciné. Dans ce livre on part à l’aventure, dans l’Amérique profonde à l’époque des colons et des missionnaires au XVIIe siecle. On apprend sur la nature humaine, les vies des indiens qui peuplaient les espaces avant l’arrivée des Européens. J’ai choisi exprès deux livres écrits par des hommes avec des thèmes pas « fille-fille » du tout. Notre monde est ce qu’il est, les hommes en font partie et c’est d’autant plus intéressant de l’appréhender sous toutes ces facettes.

Voici mes notes sur Goodreads sur le livre « Dans le grand cercle du monde » de Joseph Boyden :

Le hasard fait souvent bien des choses – j’ai réellement trouvé ce livre dans une cafeteria, quelqu’un l’avait laissé à la disposition d’un lecteur à côté des magazines et journaux. Je ne connaissais pas Joseph Boyden et je me suis mise à lire les premières pages immédiatement. Son style d’écriture est assez captivant, rien de criant et assez sobre. On dirait que le fond sur lequel se déroule l’histoire suffit comme élément grandiose pour emballer le lecteur. Nous nous trouvons au XVII siècle dans les grands espaces du Canada. Deux cultures se rencontrent et s’affrontent – les Iroquois et un jésuite français, d’abord seul, plus tard avec une partie de son peuple. Évidemment les jésuites cherchent à convertir « les sauvages ». C’est impressionnant de constater comment Boyden parvient à nous immerger dans la réalité des conflits entre les hommes, leurs violences, leurs espoirs et leurs souffrances sans jugement. Dans ce roman il n’y a pas de bon et de méchant, juste les hommes au cours de leur histoire avec leurs faiblesses et leurs forces.

Parmi les petits cadeaux j’ai choisi un de mes petits carnets de notes. J’adore des carnets et prendre des notes sur papier. Il y a quelque temps déjà j’ai découvert la maison d’édition « Compendium – live inspired » qui propose également un large choix de cartes à messages poétiques et résolument positifs.

carnet

Comme je l’ai déjà dit – j’adore faire des cadeaux et ce petit planer pour deux années me plaisait pour son design joyeux, à la limite du kitsch assumé qui fait sourire. (Justement un joli pendant très fille-fille pour compléter mon paquet du swap …)

planer

L’année dernière j’ai réalisé cette aquarelle. Il est tellement important de soutenir les abeilles et leur façon de vivre avec nous les humains. Non seulement pour qu’elles nous offrent leur miel et tous les produits dérivés, surtout pour réaliser leur importance dans la pollinisation. Einstein disait qui si jamais des abeilles venait à disparaître sur notre terre, la survie des hommes pouvait perdurer encore environ quatre ans – ensuite : fin de l’histoire. Donc, il est de plus grande importance de prendre conscience et j’ai créé le hashtag de mon « Projet Pissenlit ».  J’espère que dans l’avenir pourvoir développer plus d’actions concrètes pour ce projet que seulement partager des idées et adresses sur mon blog.

projet pissenlit

Ensuite j’ai choisi une carte créée par l’artiste … et publié par « Paper Tango »  pour accompagner tout ça, écrire quelques mots – bien sûr avec des abeilles.

carte de printemps

Sans oublier quelques sachets de thé et de tisanes pour compléter le tout. Je suis un vrai fan de ces breuvages et j’aime partager cette passion. Il y tellement de choses à apprendre sur des différents thés, leurs origine, les infusions et leurs bienfaits – j’ai l’impression que j’ai encore beaucoup à apprendre.

Tisane

J’espère que mon paquet va bientôt arriver à bon port et faire plaisir. Et j’ai hâte de découvrir les surprises des autres participants.

 

Publié le

Swap livresque « Happy Millefeuille » du printemps

swap du Printemps

Hello les amis ! Enfin le printemps va devenir réalité, on touche à la fin de la grisaille et on a envie d’y croire car on peut voir les premières fleurs et bourgeons un peu partout dans la nature. Un peu de patience encore et ça y est – le printemps est là !

Always act like you are wearing an invisible crown

Bon, pour fêter ça dignement je me suis dit que j’ai envie d’organiser un Swap sous le signe du printemps avec un dénominateur commun : le livre !

On parle de plus en plus d’échange de livres sur le net et dans les médias – à la librairie et la bibliothèque classique s’additionnent les librairies gratuites des quartiers, le bookcrossing, mais aussi les vide greniers et aussi Emmaüs (je pense que je vais limiter mes présentations de trouvailles chez Emmaüs sur mon Instagram et réserver les articles sur le blog une fois que j’ai lu certains titres).

livres chez Emmaüs

Revenons au fait – en quoi consiste mon premier Swap ?

1. – Echanger deux de vos livres (en bon état!) que vous avez lus et que vous avez apprécié mais que vous donneriez avec plaisir à quelqu’un qu’il aurait envie de les lire également.

2. – Choisir quelques sachets de thé et/ou de tisanes pour accompagner votre petit paquet.

3. – Ajoutez une petite carte faite par vous-même ou choisi sur le thème du printemps.

4. – Petite surprise de vous – une recette de cuisine, un poème, un dessin, une petite trouvaille, un DIY, des petits articles pour bricoler, customiser, s’amuser …

idées de recettes à partager

Vous l’avez compris – j’ai envie d’organiser un Swap qui ne va pas vous ruiner. Faire plaisir avec peu de frais et de découvrir d’autres univers personnels et touchants. Le contenu de votre paquet pour ce Swap ne devrait pas dépasser 6 euros hors les frais d’envoi. Je souhaite inviter tous les bloggeurs et bloggeuses résidant en Europe et tenant un blog en français.

Pour participer c’est simple : vous répondez à mon petit questionnaire ci-dessous et m’envoyez le tout avec votre souhait de participation par mail à

bibimillefeuille(at)gmail.com

avec le titre du message :

« Swap du printemps Happy Millefeuille »

Vous avez du temps pour vous inscrire et à répondre au questionnaire :

Jusqu’au dimanche 9 avril 2017 minuit !

Ensuite je vais mélanger tous les participants façon « Secret Santa » – et tenir informé chacun d’une façon secrète qui est l’heureux élu qui va recevoir votre paquet. L’envoi des cadeaux pour le swap devrait se faire entre le 24 au 28 avril 2017.

we are what we repeatedly do

Et maintenant les quelques questions pour s’inscrire au swap. Ces réponses seront communiquées à la personne qui va préparer vos cadeaux :

1. Depuis quand tu tiens ton blog ?

2. Pourquoi aimes-tu partager tes impressions sur les livres que tu as lus sur internet ?

3. Quel est le plus beau cadeau qu’on pourrait te faire ?

4. Lire représente pour toi …

5. Gourmandises salées ou sucrées ?

6. En dehors la lecture tu as d’autres passions, lesquelles ?

7. Dans le choix de tes lectures tu procèdes comment ?

 

Voilà, pour l’instant c’est tout. Si vous avez des questions n’hésitez pas à m’envoyer un message. Et sachez que je vais me faire le plaisir de participer moi-même à ce swap du printemps.

À très vite !

 

Publié le

Liebster Award Livresque

un-liebster-award-livresque

Je suis très contente de participer à ce Liebster Award Livresque pour lequel j’ai été invité par ma Blogangel ! Premièrement c’est l’occasion de s’en souvenir de mon premier Liebster Award tout court. J’ai été très fière de pouvoir participer tout au début de mon aventure en tant que bloggeuse.

Ensuite c’est une nouvelle opportunité de tourner l’attention sur l’invention des Blogangels. Pour en savoir plus il suffit de suivre le lien sur le logo.

we-are-ba-mauveetdorc%cc%a7

Des livres font réellement partie de ma vie et je suis très contente de développer cette passion. Il suffit de lire ma catégorie « Livres » sur mon blog pour mieux comprendre.

Et maintenant mes 11 points concernant les livres et moi. J’ai adoré les illustrations de ma Blogangel Cynthia sur Giphy.com alors je me suis amusée à mon tour :

1 – les livres m’accompagnent depuis toujours, je les aime, un point c’est tout.

childhood

2 – quand je rentre dans une bibliothèque ou une librairie une sorte d’euphorie m’envahie – sans blague, ça marche à tous les coups.

enthousiast

3 – j’ai du mal à accepter quand un humain prétend de ne pas aimer des livres et n’aime pas lire. Je fais des efforts, j’essaie d’accepter la différence et tout – mais j’ai du mal.

confiused

4 – je suis horrifiée quand j’attends mon bus et je me rends compte que j’ai oublié d’emporter mon livre, la lecture en cours doit attendre ! C’est nul comme sensation !

horrified

5 – je ne peux pas jeter des livres – impossible.

no

6 – je pensais bien aimer l’idée de donner des livres ou échanger mais en fait non – je n’aime pas ça. J’aime mieux les garder.

cant-share-books

7 – donc j’ai un mal fou à me séparer d’un livre !

to-hard

8 – j’aime l’odeur des livres fraichement imprimés.

book-smell

9 – je n’ai toujours pas vraiment pardonné à ma maman quand elle donnait des livres de ma bibliothèque à des copines ou des membres de la famille. Je voulais les garder ! Je suis capable de les chercher sur le net pour me racheter la même édition.

beast

10 – j’écris moi-même (en allemand!) et je fais des photos – c’est vrai, de voir ce qu’on a fait édité par un éditeur c’est top ! Un vrai trophée !

trophy

11 – j’espère que mes filles vont aimer un jour des livres un peu comme moi … pour l’instant elles collectionnent des mangas et elles en prennent très soin. Bon, ce sont des livres quand même.

fingers-crossed

Les 11 questions posées par Cynthia :

  1. Quel est ton secret honteux de book addict?

Alors là je ne sais pas trop. Honteux … probablement le fait qu’il m’arrive d’acheter des nouveaux livres alors je sais pertinent qu’à la maison j’ai tout une pile à lire. C’est vrai – sur le coup à la caisse je me sens tout coupable et j’essaie de me persuader que c’est un bon achat.

  1. Quel est ton rêve de book addict?

D’avoir plus de place pour installer des belles étagères et bien ranger tous mes livres ensemble avec une belle décoration, selon les thèmes, les éditeurs – le tout dans un bureau, atelier, pièce à vivre rien qu’à moi. Comme ce n’est pas possible dans notre maison actuelle, je transforme un peu tout la maison avec des endroits pour stocker des livres.

  1. L’auteur que tu aimes le moins?

Il existe des auteurs qui ne me surprennent pas, je trouve leur texte pas assez soigné – mais en même temps on peut se poser des questions sur le travail de l’éditeur. Donc c’est difficile à dire. Il m’est arrivée d’être très déçu par des auteurs à succès grâce à leurs milliers lecteurs sur internet. Tout le monde en parlait comme si c’était le nouveau messie littéraire et le texte était tout simplement creux et insignifiant. Je n’ai pas compris ce engouement.  

  1. L’auteur que tu aimes le plus?

Il y a des époques dans la vie pour des auteurs fétiches. Pour moi à commencer avec Michael Ende, son travail philosophique et fin pour enfants et adultes. Ensuite Paul Auster, Albert Camus, Haruki Murakami, Colette.

  1. Donnes-moi une de tes vilaines habitudes de book addict.

Acheter des livres et culpabiliser parce que je n’ai pas fini de lire ma pile à lire commencé. Ou commencer un autre livre alors je suis en train d’en lire un – rien de bien méchant.

  1. Y a-t’il quelque chose que font les autres avec les livres et qui t’énerve?

Je déteste quand quelqu’un parle d’un livre qu’il n’a pas lu juste pour se rendre intéressant. Mais bon, je m’en fiche aussi pas mal.

  1. Le personnage de livre qui selon toi te ressemble le plus?

Momo dans le livre « Momo » de Michael Ende. Je ne dispose certainement pas de sa chevelure bouclé mais je suis toujours un peu comme cette fille totalement idéaliste … dommage que ce livre n’a jamais connu un grand succès en France. En tous les cas j’adore prendre mon temps avec les gens et ce que j’entreprends. Pour ceux qui ont envie d’en savoir plus sur ce livre j’ai trouvé quelques perles sur le net. Notamment Bernard Umbrecht écrit sur son blog une magnifique présentation sur cet univers qui vaut le détour !

  1. Quel est ton (ou tes) blog(s) livresque favoris? Pas plus de 5 attention

Alors là tu me pose une colle ! J’avoue que ma relation avec mes livres et mes lectures est tellement personnelle que j’ai un peu du mal à suivre des superblogs qui présentent des livres qui se trouvent dans des tops ventes à la FNAC, des supermarchés ou dans des kiosques à la gare. J’adore acheter des livres chez Emmaüs, dans des solderies, sur des coups de cœurs dans des petites librairies indépendants, des salons des livres minuscules chez nous à la campagne. J’ai encore des livres qui attendent à être lu quand j’ai été au salon du livre à Leipzig il y un an et demi maintenant. J’ai été invité comme écrivain par mon petit éditeur à l’époque pour présenter deux de mes livres. On a été placé dans la salle avec tous les éditeurs et auteurs du genre fantastique et c’était super inspirant de rencontrer tout ce monde, des gens qui écrivent par passion pour leur petit cercle de lecteurs. Vous voyez le genre … un peu loin des blogs très populaire.

Par contre j’adore regarder quelques comptes sur Instagram tenu par des dingues de livres car j’admire leur passion et comment ils mettent les livres en scène :

@ziba.reads

@littleprettybooks

@abookishkindofday

@bekkarubin

@janeruethirteen

 

  1. Quel est le livre que tu n’as jamais réussi à terminer ?

« Le journal de Bridget Jones » de Helen Fielding. Désolé, impossible, j’ai tenté avec des meilleures attentions, ensuite je me suis forcée de le lire, je me suis appliquée et tout, histoire de lire un truc que tout le monde lisait à ce moment – ce fut un désastre. Je ne peux même pas dire ce que j’ai fait de ce bouquin.

  1. Quel est ton endroit préféré pour lire ?

J’adore lire tranquille à la maison sur mon canapé ou au lit mais comme ce quasiment impossible de rester tranquille longtemps (il y a toujours quelque chose à faire à la maison, ou aves les enfants …), alors je lis la plupart du temps dans le train, dans le métro et pendant mes pauses de midi au boulot.

  1. Livre papier ou électronique ?

Papier pour le simple fait que je ne possède pas de liseuse. J’aime bien l’objet donc je ne suis absolument pas contre. La plupart de mes livres que j’ai écrit moi sont des livres électroniques. En plus c’est une bonne invention pour trouver ses premiers lecteurs et s’exposer aux critiques. Il suffit de regarder sur wattpad et bookrix pour en citer que deux plateformes pour s’en rendre compte de l’impact des auteurs vraiment indépendant et des écrivains en herbes.

emmaus-brie

Mes 11 questions :

1 – Pourquoi aime-tu lire ?

2 – Dans quel livre tu aimerais plonger et poursuivre l’histoire à ta façon ?

3 – Quel-est ton genre de lecture favori ?

4 – Quel-est ton premier souvenir de lecture marquant ?

5 – Tu préfères des livre neufs ou d’occasion ?

6 – Bibliothèque ou librairie ?

7 – Aime-tu offrir des livres ?

8 – Prends-tu des notes pendant tes lectures ?

9 – Fais-tu des recherches sur un livre avant l’acheter ?

10 – As-tu une librairie favorite ? Laquelle ?

11 – Aimerais-tu écrire un livre toi-même ?

Mes invités sont :

Les Lectures de Lohann

Lectur à vie

Pretty Rosemarie

Chut maman lit

Notre carnet lecture

Vers autre chose

Les lectures de Doris

Muti et ses livres

Ocalypso

Café Powell

Romans entre amis

 

Si jamais quelqu’un n’a pas envie de participer je le comprends largement. Il suffit de m’écrire un petit message afin que j’enlève votre nom de la liste et que je choisi un autre blog.

Merci pour tout et à très bientôt !