Publié le

Une journée collier de perles

Une journée collier de perles !
Une journée collier de perles !

Quand on dispose d’une journée la question se pose toujours, est-ce qu’on va parvenir à boucler tous ces choses qu’on doit faire : le repos (pour commencer), un peu de sport, s’occuper de soi, des courses, du ménage, le linge et tout le reste, ces mille-et-un projets qu’on aimerait faire avancer. Quand j’arrive à faire pas mal de choses j’appelle ça une journée collier de perles car chaque petit évènement suit l’autre et en fin de compte tout s’est bien passé.

Des éléments d'une journée collier de perles
Des éléments d’une journée collier de perles

J’avoue que j’adore me recoucher un peu une fois que mes filles sont parties à l’école, récupérer un peu de sommeil. Mais comme il a fait beau ce matin une belle course à pied s’impose (9,93 km – une belle reprise). Ensuite le défi consiste à se transformer en humaine et faire briller des cheveux sans colorant (ce n’est pas pour moi). Pari tenu avec des rouleaux. Les cernes se font de moins en moins visibles – donc je tente quelques photos « avant-après » maquillage.

Pour le goûter nous nous sommes offert une belle assiette de donuts colorés et une bonne tasse de thé (des chez Dammann Frères). Un peu de lecture et de coloriage pour se détendre (après les taches de mère de famille). J’ai découvert les feutres Letraset dernièrement et j’ai hâte de faire plus de dessins avec. Des couleurs très précises qui s’appliquent facilement car ils sont à base d’alcool (donc il faut savoir que la couleur traverse le papier).

Et j’ai le plaisir de voir que ma fille se fabrique des jolis carnets. Un blog sur du vrai papier, me dit-elle.

En plus j’ai choisi des nouvelles recettes de cuisine, les ingrédients m’attendent au frais et j’espère qu’il va faire beau dimanche, car nous aimerions participer à la rando des 3 châteaux.  

Avant - après le maquillage - faire briller ces cheveux et presque plus de cernes - yes !
Avant – après le maquillage – faire briller ces cheveux et presque plus de cernes – yes !

 

Publié le

Autour d’une tasse de thé #1

Autour d'une tasse de thé #1
Autour d’une tasse de thé #1

Qui aurait cru que le soleil allait briller aujourd’hui ?! Aller courir dans la matinée quelques kilomètres dans la forêt et de se laisser vivre le reste du dimanche en famille, il n’y avait pas mieux à faire. En plus c’était la journée du marathon à Paris et de la foulée impériale à Fontainebleau. Décidément une belle journée des amoureux de la course à pied et un temps parfait pour reprendre son souffle.

Mais aussi un temps pour se poser et profiter simplement du temps des rayons de soleil. Alors quoi de mieux que d’essayer un nouveau thé. Je pense que j’ai envie de commencer une série de billets sur ce blog consacrée au thé. J’avais envie de gouter à mon nouveau thé de chez Fortnume & Masom Ceylon Orange Pekoe. J’ai toujours été fascinée par le thé, le monde du thé, les endroits d’où les plantes proviennent, la patience des cueilleurs et des personnes qui confectionnent la base de ce breuvage, son histoire et ses vertus. J’ai appris par exemple que ce thé n’est pas parfumé à l’orange mais sa désignation fait référence à la puissante famille Oranje-Nassau régnant au Pays-Bas aux XVIIe siècle (source : maison.com). Les Néerlandais étaient les premiers à importer ces sortes de thés en Europe – passionnant … !

De mon côté j’ai sorti une théière de ma grand-mère et les petites tasses qui vont avec. Je préchauffe la théière avec de l’eau chaude avant de laisser le thé infuser avec l’eau bouillante. Quelle belle couleur dans la tasse une fois le thé servi. Délicieuse à déguster avec un gâteaux léger fait maison. Je tacherai de partager la recette venue de la Vendée, pour l’instant je ne partage que l’idée d’une bonne tasse de thé.

Ceylon Orange Pekkoe de Fortnum & Mason
Ceylon Orange Pekoe de Fortnum & Mason

En tapotant ces lignes je veille sur mes ongles fraichement faites devant un bon film en famille (« Tigre et Dragon » pour être précise – toute la famille est fan …). Eh oui, j’en étais un peu lasse du rouge pimpant de l’hiver passé et j’ai retrouvé un petit flacon de mon dernier séjour à Vienne de la marque Maxfactor – la couleur « Sunny Pink » si douce et brillante est parfait avec mon humeur adouci par le soleil.

Ce soir c'est "Sunny Pink" chez Maxfactor
Ce soir c’est « Sunny Pink » chez Maxfactor

 

 

Publié le

On aime les vélos chez Steel !

On aime les vélos chez Steel !
On aime les vélos chez Steel !

Un beau jour en lisant le magazine « Papilles » je tombe sur un petit article présentant la boutique Steel dans le 11ième arrondissement de Paris au 58 rue de la Fontaine au Roi. Immédiatement j’ai envie de découvrir cet endroit mais je me suis vite rendu compte de plusieurs choses : tout d’abord que je me connais mieux en cookies et cakes qu’en matière de vélo. J’en fais très rarement ! Je n’en possède même pas de vélo mais j’adore voir des gens faire du vélo. Une balade à vélo au soleil, au grand air, c’est sympa ! Il commence tout doucement à faire beau à Paris, donc se déplacer en vélo prend tout son sens de plaisir et de bien-être aussi à Paname. Mais j’avoue que je me connais mieux en voitures et tellement d’autres domaines. Et me voilà dans une belle boutique lumineuse et totalement dans l’air du temps accueilli par des passionnés qui comprennent tout de suite que moi je n’y connais rien. Donc ce n’est pas la peine de tourner autour du pot, je raconte pourquoi je suis arrivé là et pourquoi j’ai envie de parler de leur boutique. Car faire du vélo rend heureux, j’écris un blog pour parler des choses simples qui rendent heureux et j’aime le concept d’un magasin spécialisé qui offre aussi la possibilité de se poser, feuilleter la presse spécialisée, déguster un bon café et un excellent cookie ou une tranche de cake. (Les cookies sont une tuerie !!!) Bientôt il va y avoir en plus un endroit dédié à un barbier – un fauteuil rétro est déjà installé pour cet usage.

Ambiance sympa dans une belle boutique lumineuse
Ambiance sympa dans une belle boutique lumineuse

En tous les cas j’aime des endroits où on accorde l’importance au détail. J’ai appris qu’une bonne roue de vélo peut être monté à la main pour offrir un équilibre parfait et une façon de rouler on ne peut plus harmonieux. Et c’est promis – je vais m’y mettre au vélo. En attendant je me contente d’écouter une bonne trouvaille en musique – la chanson « Même à vélo » composé et interprété par Jean-Luc Escriva et accompagne de la chanteuse Sabine Kony – un peu de fraicheur prête à écouter !

"Même à vélo" de Jean-Luc Escriva avec Sabine Kony
« Même à vélo » de Jean-Luc Escriva avec Sabine Kony

 

 

Publié le

J’aime aller courir …

J'aime courir ...
J’aime courir …

La course à pied et le yoga se sont développé d’une façon incroyable ces dernières années. Je pense que le budget de chacun de nous y est pour quelque chose aussi – avec un peu de connaissance on peut pratiquer ses deux activités facilement chez soi. Et comment je suis venu à aller courir moi ? J’avais commencé il y a environ deux ans. Mes filles voulaient s’entraîner pour une course à l’école et je suis allée avec elles. Quand j’étais à l’école moi-même j’aimais beaucoup la course d’endurance, passer des heures dans la forêt et suivre un chemin sur une carte. Peu importe le temps qu’il fait … pas trop froid quand même. Le temps n’était pas un problème pour moi car j’adorais déjà depuis toujours de trainer avec des chevaux dehors, m’en occuper et des fois les monter. En France j’ai eu la possibilité pendant quelques années de me payer une heure d’équitation au centre UCPA à Vincennes à l’époque où j’habitais encore à Paris. J’ai même poursuivi pendant un an aux environs de Fontainebleau et j’ai gardé des souvenirs formidables. Mais l’époque a changé et pour l’instant je ne dispose plus des moyens d’aller faire du cheval quelque part. Donc je me suis dit un moment donné : si un jour j’ai l’occasion de remonter sur le dos d’un cheval et partir en balade j’ai envie d’en profiter pleinement et ne pas souffrir bêtement des points de côté ou être essoufflé.

Aller courir pour être bien dans ses baskets !
Aller courir pour être bien dans ses baskets !

En allant courir avec mes filles je me suis rendu compte que je me souvenais très bien d’une certaine technique de respiration du temps de mes courses d’endurance dans ma jeunesse. J’ai expliqué comme je pouvais à mes filles mais je suis persuadée que chaque personne doit l’expérimenter elle-même et trouver son souffle. Car sans souffle on ne va pas loin, impossible d’enchainer des kilomètres si on respire mal, ou pire – quand on bloque sa respiration. Et croyez-le ou non, j’ai découvert que nous sommes des experts en apnée dans nos contrés … je m’inclus dedans.

Alors j’avais pris mes vieilles baskets de rando et je suis parti courir, des petits tours d’environ 4 kilomètres. Je ne savais même pas combien j’étais capable de faire. Je peux le dire maintenant, car je connais tellement bien les distances sur les chemins en forêt que j’aime tant.

Un peu de jus de citron pour bien s'hydrater après
Un peu de jus de citron pour bien s’hydrater après

Et c’est vrai – le plus dur est le début, on trouve des tas d’excuses pourquoi on a mal et qu’est-ce qui se passe avec notre corps, on pense à l’âge qu’on a, ce qu’on a vécu, bref, on pense beaucoup trop, tellement, qu’on respire mal justement. Au début il n’en était pas question pour moi de participer à une course officielle. Aller courir c’était un truc pour moi seul. Je n’avais aucune envie de voir d’autre courir. J’avais même refusé de participer à une course caritative avec laquelle mon employeur allait organiser nos inscriptions. Mais les mois ont passé et mes collègues de travail ont insisté pour que je m’inscris avec elles à la course « La Parisienne ». Alors pour faire plaisir aux copines j’avais joué le jeu. Plus la date approchait plus les autres avaient plus envie d’y aller. Je me suis renseignée sur l’internet sur cette course et envoyant toutes ces images de filles en train se marrer pendant la course j’étais conquise. C’était une grosse fête quoi et en plus en allait avoir des cadeaux. C’était vraiment cool… j’espère pouvoir participer à la prochaine.

Après l'effort le réconfort ....
Après l’effort le réconfort ….

Un autre objectif pour moi va être un « Colour Run » mais ça c’est pour l’été, j’en parlerais plus tard…

Pour l’instant je raconte mes courses pendant mes jours de congé, donc facilement deux fois par semaine. Je suis allée jusqu’à 17 kilomètres. C’est une sensation incroyable de pouvoir enchainer des kilomètres par ses propres moyens. On respire lentement et profondément, on perçoit les changements des saisons et on prend un bain de lumière et d’air frais tout simplement. Les jambes et tout le corps se renforcent au fur et à mesure et on apprend à être patient avec soi-même. Seulement avec la persévérance on progresse et on avance. Un de mes écrivains préférés a également décidé un beau jour d’aller courir régulièrement et est devenu marathonien. Haruki Murakami – ce fait important dans sa vie lui a inspiré un livre – « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond » il se trouve sur ma « wishlist ».

p.s. : Mon produit fétiche pour récupérer après la course est l’huile d’arnica chez Weleda

p.s.s. : Croisez les doigts pour moi ! J’aimerais bien aller courir demain matin, je me suis foulée la cheville il y a trois semaines mais j’aimerais reprendre quand même …