Publié par Laisser un commentaire

« Betty » – Arnaldur Indridason

Betty

Un roman noir du grand Nord, un policier avec des personnes du Nord comme protagonistes. Je pense que c’est une bonne chose de connaître un peu le fonctionnement de ces peuples pour bien plonger dans ce genre d’histoire et comprendre les acteurs et leurs choix.

Une jeune personne un peu perdue dans son métier de juriste rencontre un jour une très belle femme qui la persuade de travailler pour son époux, un riche et puissant homme d’affaires, connue dans tout le pays.

Je dois avouer que Indridason a réussi à me surprendre avec sa façon de mélanger les genres, de nous faire rencontrer que l’humain avec ses désirs, ses espoirs, ses peurs et sa fragilité. Nous sommes peut-être plus fragiles et faciles à laisser influencer si quelqu’un sait jouer avec nos sentiments les plus intimes.

Ce qui est remarquable aussi est la durée de ce livre – il se lit très rapidement, c’est un livre court. Pourtant il aborde des sujets graves dans nos existences. Mais il reflète parfaitement notre époque. L’argent et la reconnaissance sociale sont les principaux buts à atteindre dans une vie. Sauf qu’il faut remarquer que la plupart du temps ceux qui ont atteint ces buts se retrouve en face d’un néant et c’est à ce moment que les choses se corsent. On veut changer des êtres, de vie, de façon de vivre et avant qu’on se rende compte, une machinerie terrible s’est mise en route.

Ce qui m’a particulièrement surprise est le changement vraiment surprenant un peu après le milieu de l’histoire. Personnellement j’ai été étonné comment l’écrivain sait jouer avec des clichés qui habitent en nous. J’avais l’idée que je suis une personne relativement ouverte d’esprit, mais dès le début l’histoire j’ai été convaincu que le protagoniste principal était un homme. Peut-être je suis la seule à avoir eu ce sentiment. Ou bien il s’agit du fait que c’est un homme qui raconte l’histoire. Mais en même temps c’est appréciable qu’il aille droit au but, sans détour, pour éviter des longueurs.

Je ne donne que quatre étoiles car malgré tout je trouve que l’histoire et les actions des personnages restent selon moi un peu trop prévisible.

Betty (Anglais) Poche – 29 novembre 2012

de Arnaldur Indridason (Auteur)
  • Poche: 240 pages
  • Editeur : Points (29 novembre 2012)
  • Collection : ROMAN NOIR
  • Langue : Anglais, Français
  • ISBN-10: 2757830449
  • ISBN-13: 978-2757830444
Publié par Laisser un commentaire

Magazine Palace Costes N° 63

Lire le magazinePalace Costes !

Tous ceux et celles qui lisent mon blog depuis le début (un grand MERCI en passant !!!) savent que j’adore lire et m’inspirer de certains magazines et que je suis fan du magazine des Palaces Costes à Paris. Quand un numéro sort je me jette dessus et je le dévore. J’aime découvrir des nouveaux artistes et tendances de Paname vu sous un angle résolument chic et décomplexé. Premier sourire page 14 à cause de l’article sur le « Grandma’s Food ». Eh oui, peut import nos horizons sociaux culturel tout le monde ont envie de simplicité notamment dans nos assiettes. Donc on parle de LOU Papé et de Mamie Régale qui mettent à notre disposition dans nos vies urbaines la cuisine d’antan fait par nos grands-mères.

Grandma's Food

Ensuite je bloque sur une belle interview avec maître Steven Spielberg qui va nous surprendre avec un nouveau film qui promet de bien nous changer des idées : « Le BGG – Le Bon Gros Géant ».

« Plus le monde va mal, plus nous avons besoin de croire à la magie », sont les mots du grand réalisateur. Bon, ça me parle bien à moi qui ai envie de mettre de la magie dans des choses les plus simples, faisable dans une vie tout à fait ordinaire et en fin de compte extraordinaire … mais nous n’égarons pas, regardons la bande d’annonce :

Pour rester dans le domaine du fantastique j’ai hâte de découvrir l’exposition de Kurt Weiser, un céramiste américain qui crée des globes incroyables avec des motifs enchanteurs.

Kurt Weiser

Et ensuite il y a toute la sélection magnifique de mode, bijoux et accessoires à découvrir. Des pièces de créateur qui m’ont inspiré à créer une sélection mode sur mon e-shop, revoir mes connaissances de certains créateurs, ainsi découvrir des noms qui jusqu’aujourd’hui m’ont été inconnus. J’espère que la sélection vous plairas ! Je suis fan des touches d’humour sur des accessoires et dans des imprimés.  

eshop1eshop2eshop3eshop4eshop5eshop6eshop7

 

Publié par 4 commentaires

Timéo au Casino de Paris

Un showcase très sympa au Casino de Paris !
Un showcase très sympa au Casino de Paris !

Coucou tout le monde ! Tenir un blog c’est vraiment une belle histoire ! À force d’écrire des petites histoires un peu tous les jours et le partager en toute simplicité je me vois confronté à d’autres histoires, grandes et belles comme par exemple grâce à cette invitation au show case qui est arrivée un beau jour dans ma boîte mail. Aller découvrir un spectacle dans une belle salle parisienne après le boulot est plutôt plaisant je trouve.

Une belle salle parisienne - le Casino !
Une belle salle parisienne – le Casino !

En plus il s’agit d’un spectacle qui met en son et image les rêves les plus fous – comme par exemple ceux d’un jeune garçon qui se trouve cloué dans un fauteuil roulant et qui voudrais devenir acrobate dans un cirque …

Jean-Jaques Thibaud est l’auteur de cette belle histoire et il a su s’entourer d’une équipe de dingue pour monter le spectacle.

La phrase « être diffèrent est normal » m’a beaucoup plu et il résume le message de ce conte moderne.

À partir du 16 septembre 2016 le Casino de Paris est plongé dans une ambiance de cirque. « Timéo » est mis en scène par Alex Goude et s’adresse à un large public à partir de 7 ans. En attendant on peut découvrir tout ce qu’il faut savoir sur leur site, que je trouve très bien fait et amusant.

Un beau site pour présenter le spectacle "Timéo"
Un beau site pour présenter le spectacle « Timéo »

Quand je suis allée j’ai tenté de capturer quelques images avec mon petit appareil photo sans prétention, mais les vidéos officielles donnent un bien meilleur aperçu.

Alors j’ai hâte de savoir comment le publique va accueillir cette belle idée – imaginer de transformer sa vie par des rêves les plus dingues et vivre des aventures ensemble où chaque protagoniste possède vraiment un caractère unique. Une telle histoire a tout son mérite et je suis très optimiste, le rire, les chansons et des doigts qui collent le popcorn pour adoucir notre monde, personnellement j’aime beaucoup.

Publié par Laisser un commentaire

Francesca Woodman « Devenir un ange » à la fondation Hencri Cartier-Bresson

Francesca Woodmann - "Devenir un ange" - expo à la fondation Henri Cartier-Bresson
Francesca Woodmann – « Devenir un ange » – expo à la fondation Henri Cartier-Bresson

Cette semaine j’ai eu la chance de découvrir l’exposition de Francesca Woodman à la fondation Henri Cartier Bresson, un événement qui va durer du 11 mai jusqu’au 31 juillet 2016 et va devenir un moment incontournable pour des passionnées de la photo. Malgré son jeune âge Francesca Woodman, une artiste américaine (1958 – 1981) nous partage son univers sans concessions, un travail à fleur de peau incroyablement intense car elle se sert de son corps, de son être comme sujet pour sa recherche et son expression de vouloir photographier et montrer ce qu’on ne voit pas forcément. Un travail au contraire des images superposées et suggérées. Personnellement je trouve dans l’expression de ces photos une certaine douceur. On peut se sentir proche de la photographe, cette impression est peut-être due à la jeunesse de l’artiste. On peut sentir une grande bonnetée.

« Il y a des choses qu’une jeune personne voit plus clairement, quand elle n’est pas encore faite au compromis, aux zones grises de la vie. »

Ces bricoles viennent de chez ma grand-mère elles me font réfléchir à l’endroit où je pourrais bien me situer dans cette étrange géométrie du temps. F.W.
Ces bricoles viennent de chez ma grand-mère elles me font réfléchir à l’endroit où je pourrais bien me situer dans cette étrange géométrie du temps. F.W.
Les œuvres semblent suspendus dans l'espace..
Les œuvres semblent suspendus dans l’espace..

Les œuvres semblent en suspend dans les salles d’exposition, leurs reflets sur le sol légèrement brillant surlignent les idées de l’artiste, de montrer des réalités parallèles de la vie.

Les reflets montrent les œuvres ...
Les reflets montrent les œuvres …

Chaque fois que je peux me rendre à la fondation Henri Cartier-Bresson j’essaie de m’imaginer comment cet endroit a dû influencer des générations de photographes, d’artistes, de passionnés, des simples visiteurs, des étudiants … je trouve que c’est un privilège de pouvoir profiter d’un lieu pareil.

Ci-dessous je partage avec vous tous les informations importants concernant l’exposition :

FRANCESCA WOODMAN ON BEING AN ANGEL 11 MAI – 31 JUILLET 2016
L’exposition a été conçue et organisée par Anna Tellgren, conservatrice de la photographie au Moderna Museet à Stockholm en Suède. Commissaire
L’exposition Francesca Woodman a été présentée au Moderna Museet de Stockholm (sept – déc 2015), au FOAM à Amsterdam (déc 2015 – mars 2016). La tournée européenne de l’exposition s’achèvera au Moderna Museet de Malmö du 5 novembre 2016 au 19 mars 2017.
L’exposition est conçue en collaboration avec l’Estate Francesca Woodman à New York et Anna Tellgren, commissaire. Le travail de l’artiste est représenté par la galerie Marian Goodman (New York, Paris, Londres).

Autour de l’exposition:

LES CONVERSATIONS

La Fondation propose un cycle de conversations bimestrielles autour de la photographie menées par Natacha Wolinski critique d’art, avec différents acteurs de la scène photographique.
Dialoguer avec Francesca Woodman, dialoguer avec soi-même : avec Hélene Giannecchini, historienne de la photographie et écrivain, et Yannick Haenel, écrivain. jeudi 9 juin 2016 – 18h30

> Entrée libre dans la limite des places disponibles > Réservation obligatoire : contact@henricartierbresson.org

LES GRANDS ENTRETIENS

Les Grands Entretiens, menés par Clément Chéroux, conservateur, chef du cabinet de la photographie au Centre Pompidou, s’inscrivent dans le temps long de l’histoire. Ils se proposent d’interroger les grands acteurs, les grands témoins de la photographie du demi-siècle passé.
Susan Meiselas (en anglais) mardi 21 juin – 18h30

> Entrée libre dans la limite des places disponibles > Réservation obligatoire : contact@henricartierbresson.org

LE MECREDI C’EST GRATUIT! Tous les mercredis, de 18h30 à 20h30, les expositions de la Fondation sont en accès libre pour tous les publics.

Entrée libre > Tous les mercredi 18h30 – 20h30

LA VISITE DU SAMEDI Le dernier samedi de chaque mois, la Fondation propose une visite commentée de l’exposition par une guide conférencère à 11h30. > Le dernier samedi de chaque mois à 11h30 > Gratuit sur présentation du billet d’entrée > Réservation obligatoire : anaelle.rod@henricartierbresson.org

Publié par 3 commentaires

Balade au Bon Marché !

Balade au Bon Marché Paris Rive Gauche
Balade au Bon Marché Paris Rive Gauche

Une balade au Bon Marché reste toujours un mini-évènement, surtout si on n’a pas tous les jours l’occasion d’y aller. J’ai été hyper contente de pouvoir aller voir l’expo sur Iris Apfel qui va y avoir lieu jusqu’au 16 avril. J’adore cette icône d’un style incroyablement libre et joyeux ! Un vrai exemple à suivre surtout aujourd’hui ! En plus il y a tout une série d’objets dédiés à cette expo – j’ai beaucoup aimé ce gros bracelet noir avec du fil barbelé – le dur dans un écrin drôle et léger – j’adore ! On peut s’assoir un moment et écouter Iris délirer sur ces objets-bijoux et ses vêtements.

Iris Apfel au Bon Marché
Iris Apfel au Bon Marché

Mais il y a toujours tellement de choses à découvrir au Bon Marché, le grand magasin le plus emblématique de Paris. A priori tout l’art du shoping parisien aurait commencé ici.

On découvre toujours des nouveaux trucs des marques les plus sympas. Comme par exemple le sablier chez Diptyque pour parfumer d’une façon élégante l’intérieur de son habitat.

J’ai également adoré voir une sélection des créations de Green Factory, un atelier qui crée des installations végétales. La première fois que j’ai entendue parler de leur travail c’était sur le blog de Deedee. Ou inspecter un petit appareil photo instax chez Fujifilm – un gadget trop mignon pour des images vraiment instantanées.

Finalement je regrette de ne pas de disposer de plus de temps pour me laisser tenter par une manucure au Bar à ongles écologique Kure Bazar – ils ont un choix de couleurs de dingue.

Ou sur le stand de l’édition Assouline voir un bel ouvrage avec des questions Proustiennes et découvrir une bougie d’ambiance avec une fragrance hyper sensuel nommée « Paper » (moi, en tant que dingue de livres je ne peux qu’aimer cette idée). À Côté des innombrables idées de déco la Grande Epicerie reste un lieu incontournable avec ses ateliers et ces recettes. J’ai craqué pour une belle boîte de thé de la maison Fortnum & Mason et une belle boîte de dentelles enrobées de chocolat de Sophie M., ainsi une belle série de formes rigides pour cupcakes trop mignonne chez ScrapCooking ! La balance de précision colorée se trouve encore sur ma wishlist 😉

Sur mon chemin de retour je découvre la boutique fermob au 17 boulevard Raspail. Que des couleurs, une qualité solide et des objets pour vivre dehors et dedans. En ce moment on peut gagner une chaise par tirage au sort en boutique. J’ai adoré des coussins et des assiettes en plastique avec des motifs très amusants. Une belle histoire à suivre … rêver des beaux jours à venir par exemple.

Inspirations et idées du Bon Marché
Inspirations et idées du Bon Marché

 

 

 

Publié par Laisser un commentaire

Visite de la Villa Cyrano à Barbizon

Visite de la Villa Cyrano à Barbizon
Visite de la Villa Cyrano à Barbizon
Visite de la Villa Cyrano à Barbizon

Quand on aime la nature, ou on se sent un peu obligé d’aller faire de temps en temps une balade en forêt sans pour autant oser s’attaquer à une randonnée dès l’aube pour observer la faune sauvage et en fait on a beaucoup de mal à lâcher son environnement habituel – assez urbain, avec des cafés, des boutiques et tout, eh bien dans ce cas-là Barbizon est la destination parfaite. D’ailleurs c’est souvent là où je vais avec mes amis parisiens quand ils viennent pour un déjeuner chez nous le dimanche à la campagne.

C’est sûr que Barbizon, le village des peintres, avec sa lumière incroyable et ses belles demeures invitent à la flânerie. Il y un endroit qui est devenu pour moi une adresse incontournable, c’est la Villa Cyrano au 54 Grande Rue. Une petite maison de ville immanquable sur la rue principale qui invite à se poser, boire un thé et découvrir une belle sélection d’objets de décoration, de cadeaux et de bijoux avec un certain goût pour l’art et une légèreté moderne. En ce moment vous pouvez admirer le travail de l’artiste Jacques Suzor , installé à Barbizon avec son atelier. Ses objets sont savamment mises en scène et photographié avec une précision étonnante. Un univers de couleurs fortes qui souligne ses réflexions sur la nature morte, le passé (un côté classique) avec une modernité surprenante. Car les images sont imprimées sur du métal dans des proportions bien définis. L’artiste assemble des objets issus de la nature et de nos poubelles, ainsi des objets usagés et construit ses compositions dans lesquels rien n’est laissé au hasard. On peut les admirer directement comme à la maison mise en scène avec tous les meubles et objets de déco autour. Un jeu d’enfant pour trouver son inspiration pour décorer sa propre maison. 

Des belles impressions, idées déco et cadeaux et découvert de l'artiste Jacques Suzor !
Des belles impressions, idées déco et cadeaux et découvert de l’artiste Jacques Suzor !
Publié par Laisser un commentaire

Les peintures de Catherine Mourier Godin

Les peintures de Catherine Mourier Godin !
Les peintures de Catherine Mourier Godin !

J’avais promis à l’artiste peintre Catherine Mourier Godin d’aller voir ses peintures qu’elle expose en ce moment à l’hôtel Victoria au 122 rue de France à Fontainebleau. Cette exposition a été initié dans le circuit de l’évènement « Jeu de Dames » qui a pris fin aujourd’hui. J’espère que cette belle initiative va avoir lieu l’année prochaine et que j’aurais l’occasion de découvrir encore plus d’artistes passionnantes. Mais ce dimanche j’allais enfin voir des peintures de Catherine en vrai et en nature. Tout d’abord le hasard a bien fait des choses car je me suis déjà rendu à l’hôtel Victoria vendredi soir pour l’apéro philo, donc j’avais deux approches bien différentes de ce lieu charmant. Aujourd’hui ma fille Sam m’avait accompagné gentiment et elle a été ravie de découvrir un trampoline au fond du spacieux jardin de l’hôtel … elle s’amusait avec ce jeu et moi j’avais tout mon temps de me concentrer sur les peintures.

Les peintures de Catherine Mourier Godin mises en scène à l'hôtel Victoria à Fontainebleau!
Les peintures de Catherine Mourier Godin mises en scène à l’hôtel Victoria à Fontainebleau!

Je trouve l’idée de les mettre en scène dans un lieu pareil est excellente. Dans la lumière naturelle du jour le visiteur vit avec ses peintures d’une dynamique douce représentante des vagues, des impressions libres de la mer. Je suis agréablement surprise de la liberté du coup de pinceau de Catherine et son choix délicat des couleurs. On perçoit bien une suite dans sa série de peintures comme si elle voulait nous raconter son histoire personnelle de la mer et la vie au bord de la mer. Chaque tableau respire sa personnalité libre et fraiche pour le dire simplement.

Je pense que l’artiste peintre a eu de la chance de pouvoir exposer dans ce petit hôtel particulièrement charmant. En tant que client on doit se trouver un peu comme à la maison. Une maison typique pour la ville de Fontainebleau avec des éléments modernes mais simples et légers. Des chaises colorées dans le jardin qui laissent deviner le printemps, un piano dans un petit salon et des nombreux petits coins pour se poser, discuter, prendre un verre ou un repas. En sortant j’ai vu qu’il y a des vélos à la disposition des visiteurs. Ma fille m’a demandé si on pouvait revenir un jour – peut-être si quelques amis veulent y loger pendant leur séjour ici ça serait avec joie. Merci en tout le cas à Catherine de m’avoir fait découvrir cet endroit et j’espère que j’aurais l’occasion de faire connaissance avec d’autres de ces toiles …

L'hôtel Victoria à Fontainebleau - une belle découverte !
L’hôtel Victoria à Fontainebleau – une belle découverte !

 

 

Publié par Laisser un commentaire

Barbie au musée des arts décoratifs

Barbie au musée des arts décoratifs - chouette !!!
Barbie au musée des arts décoratifs – chouette !!!

Aujourd’hui j’ai été invité à l’inauguration de l’exposition « Barbie » au musée des arts décoratifs – un enchantement en plastique plein de couleurs et le rose prédominant. J’ai cru comprendre que c’est pour la première fois qu’une telle vitrine est organisée pour Barbie à Paris. En passent par un grand portail rose on plonge dans le noir et découvre des images et des magnifiques poupées mannequins avec des looks incroyables – Chanel, Dior, Oscar de la Renta etc … Tout l’exposition est un tourbillon de découverts. Un peu d’histoire des poupées avant Barbie, la première « Lili » du journal « Bild » en Allemagne en 1955 aux parents de Barbie Ruth et Elliot Handler… l’histoire que c’est Ruth qui a observé leur fille jouer avec des poupées à découper mais version adulte dans un univers adulte et ensuite elle s’est battu pour que la Blonde souriante aux jambes interminables existe, me plaît beaucoup.

Du rose et des sourires partout - Barbie quoi !
Du rose et des sourires partout – Barbie quoi !

Dans des années quatre-vingt quasiment toutes mes copines possédaient des Barbies et j’adorais ces jouets. Il m’a fallu quelques années avant enfin pouvoir persuader mes parents à m’offrir ma première Barbie pour un Noël sous le sapin – Barbie Fitness avec sa petite sœur skipper … Plus tard une Crystal Barbie qu’une amie m’avait vendu pour un peu d’argent de poche … et des chevaux. J’en avais une petite collection, pas des vrais chevaux de la marque Mattel mais il y en avait qu’étaient très bien. Il faudrait que je retrouve les photos que j’avais prises à l’époque…

Je me souviens de ces Barbies ...
Je me souviens de ces Barbies …

C’est curieux mais Barbie ne laisse personne indiffèrent. Elle est critiquée par les féministes, on n’aime pas une représentation de la femme qui sourit bêtement et est toujours hyper bien habillé … mais il n’y a pas une pointe de jalousie là-dessous ? Barbie inspire des plus grands créateurs, est aimée par des filles et pose pour des artistes, on lui construit des mises en scène digne d’Hollywood et on se souviens même de son fan-club. Il suffit d’aller voir l’expo pour se rendre compte qu’en fait ce jouet a tout d’une super star, elle est une véritable institution. Sourire malgré la grisaille, mettre de la bonne humeur et des couleurs partout … sans exagérer j’ai vu des petites filles plongées immédiatement dans le coin de jeu aménagé au milieu de l’expo jouant avec des poupées, des accessoires, voiture et maison. On peut les laisser pendant des heures, pendant un bon jeu d’enfant on est tellement concentré on ne voit pas le temps passer – je m’en souviens très bien. Alors on se permet de garder un peu de légèreté et surtout de l’humour pour ne pas prendre toujours tout trop au sérieux et chantonner : « I’m a Barbie-Girl… » juste pour rire. En tous les cas l’expo reste en place jusqu’au 18 septembre 2016.

Barbie, son incroyable garde-robe et son histoire !
Barbie, son incroyable garde-robe et son histoire !

 

 

 

Publié par Laisser un commentaire

Expo de l’artiste peintre Bettina Schopphoff à Babizon

Expo de Bettina Schopphoff à Barbizon !
Expo de Bettina Schopphoff à Barbizon !

C’était prévu, noté dans mon agenda et j’ai tenu ma promesse : aller voir l’exposition de Bettina Schopphoff ! En bonus : mes filles m’ont accompagné (mon mari est resté à la maison avec du boulot – eh oui, les artistes ça bosse tout le temps …).

J’ai découvert l’espace culturel Marc Jacquet rue Théodore Rousseau à Barbizon (77). Un endroit spacieux, bien chauffé et accueillant avec une belle scène – d’un certain point de vue on a l’impression de trouver des toiles de Bettina comme posées devant un épais rideau rouge et bien mis en scène justement.

Bettina Schopphoff _ un univers haut en couleur et vivifiant.
Bettina Schopphoff _ un univers haut en couleur et vivifiant.

La bonne surprise pour moi : je peux discuter en Allemand avec l’artiste ! L’exposition va avoir lieu jusqu’au dimanche 13 mars 2016 et j’invite tout le monde à aller faire un tour pour immerger dans un univers haut en couleur, vivifiant qui justement change bien des idées. Profitons de de rencontrer des œuvres et l’artiste en personne qui a exposé à New York, Miami, Montréal, Francfort et Paris. Eh oui – Barbizon reste un point important dans le monde de la peinture accessible aux yeux, facile à vivre en famille et avec des amis, convivial – tout ce que j’aime. (Nous avons même apporté nos muffins, un vieux reflex de maman de toujours avoir un goûter sur moi quand je suis de sortie avec mes filles.)

Bettina Schopphoff - un aperçu dans l’évolution de son travail.
Bettina Schopphoff – un aperçu dans l’évolution de son travail.

Ce qui m’a toute de suite sauté aux yeux et interpellé sont des différents sujets des portraits ou des situations de la vie de l’artiste. Rien n’est figé, tout est en mouvement et en évolution, donc le spectateur n’est pas obligé de se figer sur un sujet imposé et il peut flâner à sa guise de tableau en tableau jusqu’à tomber sur son coup de cœur.

Très sympa aussi de jeter un coup d’œil sur la table ronde sur laquelle on trouve un joli assortiment de sketchbooks, des couleurs d’aquarelle, des crayons et des feutres, ce qui nous permet d’avoir un aperçu dans l’évolution du travail de motifs pour des futures peintures et projets. Car Bettina Schopphoff n’est pas seulement peintre mais aussi dessinatrice, illustratrice et graphiste pour des entreprises et des associations. C’est elle qui est la créatrice des dessins des « Jeu de Dames », un évènement d’artistes qui a lieu actuellement à Fontainebleau. Mais on trouve aussi ces dessins dans des illustrations du livre pour enfants (et adultes !) « Les superflus de l’histoire du château de Fontainebleau », une collaboration avec Stéphanie Lepers – une belle idée de cadeau.

« Les superflus de l’histoire du château de Fontainebleau », une collaboration avec Stéphanie Lepers
« Les superflus de l’histoire du château de Fontainebleau », une collaboration avec Stéphanie Lepers

Mes filles ont été heureuses de faire connaissance de l’adorable chienne qui accompagne partout la peintre. Nous avons passé une partie de ce dimanche après-midi en agréable compagnie avec un échange fort sympathique autour d’un café, du gingembre confit et des muffins en discutant diverses expériences dans la vie d’artiste et la vie tout court. Merci à Bettina et à bientôt !

Merci à Bettina et à bientôt !
Merci à Bettina et à bientôt !
Publié par 2 commentaires

De la caricature à l’affiche 1850 – 1918

Une invitation à une visite privée au musée des arts décoratifs!
Une invitation à une visite privée au musée des arts décoratifs!

J’avais bien vu sur « à nous Paris » que cette semaine était désignée comme semaine de la déco à Paname.

Faut-il être dingue pour se lever de son pleins grés à l’aube pour courir attraper un bus dans le froid et le train deux heures plus tôt que d’habitude pour aller au boulot ? Tout le monde dans la maison fait encore dodo, c’est vendredi, le seul jour de la semaine où mes files commencent l’école à une heure décente … attendre dans le froid tout ça pour une visite privée dans le musée des arts décoratifs. Mais en fait la question ne se pose même pas. Je ne suis pas dingue, simplement passionnée et heureuse de profiter de cette invitation. Comme quoi ça vaut la peine de participer à des tirages aux sorts, on ne peut seulement avoir la certitude de ne pas gagner si on ne joue pas (précision : les jeux de hasard ce n’est pas du tout mon truc, alors pas du tout. Récemment j’ai encore rencontré une personne vraiment dingue qui parlait trop pour se rendre intéressante, toujours des histoires incroyables et surtout non vérifiable avec des sommes d’argent hallucinantes soi-disant mis en jeu, gagné et perdu (!) – pourquoi je raconte ça ? C’est hors sujet ! Ou juste une petite parenthèse pour faire entrevoir que dans ma vie tout n’est pas toujours rose et agréable. Seulement je me suis mise en tête de me focaliser sur les choses qui vont bien. Comme par exemple cette visite privée au musée des arts décoratifs ce matin. (Vous savez ce que je réponds à quelqu’un qui ne comprend pas comment je peux faire ces trajets entre ma petite ville de campagne et Paris tous les jours ? – Je ne suis pas seule dans le train, vous savez, il y a pleins d’autres comme moi ! 😉 … )

Des affiches pleines les yeux ...
Des affiches pleines les yeux …

J’aime beaucoup me retrouver dans ce palais qui abrite le musée des arts décoratifs. Sous les hauts plafonds avec une petite tasse de thé entre les mains je me demande comment faisaient les dames à l’époque entre ces murs majestueux sans chauffage…

The beautiful in the useful
The beautiful in the useful

L’exposition « De la caricature à l’affiche 1850 – 1918 » se trouve à l’étage. Dans des lumières douces se trouve une belle sélection d’affiches sur des papiers devenus précieux avec le temps retraçant les thématiques de l’histoire et des préoccupations des Français de cette époque. Je viens de réaliser la coupure qui a eu lieu entre le travail d’artistes comme Toulouse Lautrec, Chéret et Mucha et la conception d’affiches par des dessinateurs modernes. Une question que je ne me suis pas posé jusque-là. Grâce à cette exposition précieuse on se rend compte que des dessinateurs comme Cabu ou Wolinski ont dû puiser leurs inspirations dans ce travail de communication visuelle de l’époque. Il est intéressant d’observer avec quelle verve des caricaturistes s’attaquaient à des couches d’une population établie, des faits de politique et de la société (ils n’avaient pas leurs langues dans la poche et s’exprimaient avec leurs plumes et l’encre – l’expression « faire couleur l’encre » prend tout son sens en étudiant ces affiches …)

Artistes du dessin
Artistes du dessin

Personnellement je me suis passionnée pour les dessins et le travail graphique de Leonetto Cappiello et sa façon de voir des belles choses, des femmes, des artistes de scène et son vouloir « faire tache » avec ses affiches – j’adore ! C’est inspirant !

LEONETTO CAPPIELLO
LEONETTO CAPPIELLO

Les chercheurs et développeurs de polices et graphisme vont adorer cette exposition. Aujourd’hui l’impression dans l’air du temps d’une époque passée peut paraître douçâtre, voire creuse. Mais en regardent bien les faits de l’histoire et l’expression de ces affiches on peut imaginer que ni le temps ni les gens étaient si commodes que ça. Bien au contraire ! Une envie de se bagarrer pour améliorer des situations, de ne pas se laisser faire, s’interroger et informer étaient bien présentes dans la vie de tous les jours. Probablement bien plus qu’aujourd’hui … j’ose le dire.

L’exposition a lieu jusqu’au 4 septembre 2016, ça nous laisse du temps d’en profiter pleinement.

The Beautiful in the useful !

Cette belle phrase veut tout dire ! Il faut aider et soutenir des collections semblables et faire vivre notre culture. C’est pour cette raison je me permets de faire un peu de publicité pour le Club de Partenaires du musée des arts décoratifs – simplement faire connaître cette organisation de mécènes. Plus d’information sur

Facebook / Twitter / Instagram