Publié par 4 commentaires

Détox des réseaux sociaux!

 

crête
Un beau bateau pour décorer une plage sauvage en Crète …

 

Aujourd’hui je vais partager sur mon blog mon expérience de vivre « débranché ». L’impulsion m’était venu grâce à l’expérience pénible avec des grèves nationales du moment. D’autant plus que je travaille dans un univers composé en majorité de Parisiens qui nous regardent avec des grands yeux quand on leur explique qu’on peut vivre non seulement de l’autre côté du périphérique, mais même beaucoup plus loin. C’est vrai, quand on y pense, c’est quand même absurde de vivre à plus 70 km de son lieu de travail, mais la situation le veut ainsi, j’ai mes raisons pour lesquelles j’accepte ces trajets quotidiens, pour l’instant je peux le faire, l’avenir nous dira comment je vais poursuivre mon chemin.

Cela dit ces trajets ne sont pas toujours évidents en temps normaux, d’autant plus qu’il y a de plus en plus des personnes qui choisissent de faire pareil, les trains sont de plus en plus remplis ce qui rend difficile de se trouver un endroit tranquille pour écrire, se concentrer, mais de temps en temps j’y arrive. Avec les jours de grève tout le monde se rend compte de la fragilité de notre système qui fonctionne comme si, comme ça. Moins de trains, ou pas de trains du tout voulait dire beaucoup plus de fatigue, de stress et par conséquent, moins d’énergie et de temps à consacrer à autre chose que des obligations quotidiennes. (On est sur des rotules …)

 

coquelicot
Lumière d’un soir à travers un coquelicot sur mon chemin de retour après le boulot.

 

Suite à cette situation je me suis servi pour une fois d’un réseau social comme tout le monde, je m’explique : j’ai exprimé ce que je ressentais. Dans la vie normale c’est déjà compliqué d’échanger alors à travers des écrans, je ne vous raconte pas. C’est non seulement totalement inutile, mais en plus ça bouffe mon temps et mon énergie déjà bien rare. Ce constat m’a donné l’envie de vivre un peu comme avant – SANS réseaux sociaux, j’ai fait grève de tout ça et il s’avère que c’est une véritable cure de détoxication. J’ai débranché mon Instagram et mon Facebook sur mon téléphone et avec mon ordi j’allume le Wi-fi uniquement quand je veux faire quelque chose en particulier.

Premier fait après le premier jour – mes yeux sont moins fatigués. Je ne me suis pas rendu compte, mais je remarque une nette amélioration de ma vue et de ma perception des choses. Au bout d’une journée, c’est puissant comme constat.

Ensuite je parviens à me concentrer mieux sur tout ce que je fais et ça c’est vraiment important. Surtout quand on poursuit un projet de longue durée comme écrire un livre par exemple. Comment ça se passe en temps normal avec mes fichus réseaux tellement importants de nos jours pour se faire connaître, se faire un nom etc. ? Le peu de temps disponible pour travailler sur un projet créatif nous oblige à nous concentrer, nous plonger dedans et prendre des distances avec le quotidien. On n’y parvient pas toujours le premier coup alors on est tenté de jeter un coup d’œil sur son fil d’actualité dans l’espoir de trouver l’inspiration. Car on peut alimenter son réseau avec des comptes vraiment intéressants, mais le piège est là. Si on souhaite travailler sa créativité il faut se faire confiance et écouter se qui est en nous. C’est bien de s’intéresser à ce que font d’autres, mais il faut beaucoup de temps pour nous pour pouvoir créer et progresser. Il faut se faire confiance pour poursuivre son propre chemin. Et ça marche mieux en étant bien déconnecté de nos chers réseaux de blablabla inutile, sans parler des publicités et publications sponsorisées qui nous polluent l’esprit et nous fatiguent tout simplement. Ou pire, elles sont tellement pros et puissants qu’on se dit qu’on y arriverait jamais à un résultat concret.

 

monstre à la plage
Un monstre imaginaire trouvé à la plage en Crète.

 

En plus ce quoi cette idée d’aujourd’hui de devoir se vendre tout le temps, se mettre en scène et montrer ce qu’on ne fait pas vraiment? Parce que poster des images prend du temps, pendant ce temps on ne fait pas vraiment ce qu’on veut faire croire ce qu’on est en train de faire – dommage.
Et qui a vraiment envie d’être juste une marchandise ? Personne ! Tout le monde souhaite être aimé et apprécié pour ce qu’il est vraiment. Si on passe son temps à se vendre je ne pense pas que c’est la meilleure des solutions pour se connaître soi-même et rencontrer des personnes qui nous aiment telle que nous sommes en fait. Je dis ça comme ça, et je ne suis pas la seule à le dire.

Il y avait un autre point qui m’a en fait dérangé avec mes réseaux sociaux – j’étais trop au courant de ce que font mes amis et connaissance. C’est pénible en fait ! Je préfère qu’on me raconte ce qui est vraiment important pendant notre prochain café ensemble par exemple. En plus combien de fois on trouve telle ou telle expression, avis, affirmation juste ridicule et insensé ? Il ne vaut mieux pas tout savoir sur tout le monde en fait. C’est plus agréable pour tout le monde et c’est plus facile pour chacun de se valoriser juste comme il faut au moment d’une vraie rencontre dans la vraie vie.

Par moments je me sens un peu toute seule quand je vois tous les autres les yeux rivés sur leur téléphone en train de poster ce qu’ils sont en train de pas vraiment faire. (Eh bien oui, vous n’êtes pas en train de boire un super cocktail dans un bar incroyable avec une ambiance de dingue, vous êtes comme des petits soldats en train d’alimenter un fil d’actualité, comme si quelqu’un vous payait pour ça, comme si vous étiez des attachés de presse, des pros de la com – dommage en fait, car vous ne l’êtes pas et le temps passe.)

 

oeuf d oie
Un ami nous a donné des œufs d’oie …

 

Véridique, c’est top d’avoir ces deux mains libres dans une soirée, dans la cuisine, dans un bar, pendant une balade. Pas besoin de soucier de la sécurité d’un appareil qui coute quand même un certain prix, car il est simplement bien rangé dans mon sac, à l’abri des regards, de l’humidité et sans risque de tomber. En plus la batterie dure tellement plus longtemps, plus besoin de chercher comme une dingue une prise pour le recharger quand j’ai besoin de passer un coup de fil ou envie de faire une photo – juste pour moi.

Mes souvenirs justement – pas partagés. Je refais des photos sans me demander si elles vont bien dans l’esprit de mon fil d’actu. C’est un luxe incroyable !
On peut très bien vivre sans réseaux sociaux et ça il faut absolument réapprendre. Je vais poster des choses avec plaisir à nouveau, mais me déconnecter le plus souvent que possible. J’ai besoin de ce temps. S’il y une urgence je suis joignable par téléphone ou mail. Ça suffit largement.

 

Fleurs à planter
Kiff du printemps – planter des choses …

 

Vivre un peu comme avant, écrire, lire, peindre, réfléchir, rêver, être tout simplement, et ne pas se vendre. C’est dommage de se résumer à une marchandise, un consommateur de publicité, un numéro de carte bleue. Prenons ce qui est de mieux du progrès, mais trouvons-nous nous-même. C’est tellement sympa de voir le monde en vrai et pas à travers un petit écran. Nos yeux ont besoin d’apprendre à voir et nous de réfléchir tranquillement à des choses qui sont importants pour nous.

Publié par 2 commentaires

Happy Millefeuille fait grève

Happy Millefeuille fait grève

Arrêt momentané du blog sans préavis déposé sur une durée indéterminée.

C’est mon deuxième jour à la maison et j’ai pris la décision de suspendre mon blog pendant un moment. Happy Millefeuille fait grève, eh oui, c’est comme ça. Je vais vous expliquer pourquoi et sous quelles conditions. Je ne veux absolument pas lancer un débat politique et je vais ne pas répondre aux commentaires.

La raison de cet arrêt : les grèves tout simplement.
Donc il n’est pas question de savoir si je suis pour ou contre, je vais juste me tenir aux faits et l’impact sur ma vie.

J’ai commencé à développer ma méthode « Happy Millefeuille » il y a quelques temps de ça et je tiens à le continuer et à retravailler avec. Se focaliser sur ce qui va bien.
Bon.
Maintenant, tenir un blog est une sorte d’engagement et nécessite un certain temps en dehors notre temps de travail rémunéré.

Actuellement c’est la crise en France et nous sommes touchés par des mouvements sociaux. Beaucoup de gens aux infos et parmi mes copains me disent qu’il est important de faire grève pour se faire entendre et ça vaut le coup de faire un petit effort ensemble pour se soutenir.
Je vais vous parler de ce que veut dire ce « petit effort » dans la réalité.
En fait ça veut dire concrètement mettre 3 heures et 35 minutes pour se rendre au travail (et pas 20 minutes à 1 heure supplémentaires du trajet habituel). Et ce ne sont pas trois heures tranquilles pendant lesquelles on pourrait lire par exemple. Non, c’est des heures d’attente pour un bus coincé entre une foule d’autres personnes avec des personnes qui donnent des coups de pieds et poussent avec violence les autres pour monter dans le bus. Voir même des agressions sexuelles avec des frotteurs, j’en ai eu un collé à ma cuisse comme un lapin en chaleur qui me riait aux nez parce que mes tentatives de l’afficher pour lui taper la honte n’ont pas fonctionnés. « Tiens-toi tranquille, la grande ! et arrête de gueuler ! » Voilà les mots des autres à côtés de moi, hommes et femmes, tous dans le même bateau en train de se battre pour une place dans un bus. J’ai littéralement disjoncté ! Sans aller dans des détails j’ai poursuivi mon chemin pour aller au travail dans un état qui vous pouvez peut-être imaginer. Plus de trois heures de trajet de la sorte veux aussi dire pas d’accès aux toilettes ni boire de l’eau et se tenir débout coute que coute. Nerveusement je n’étais pas capable de finir ma journée de travail et je suis parti deux heures et demie plus tôt en prenant sur mes heures supplémentaires. Mes repas je les avais vomis et j’ai pleuré pendant un certain temps, ce qui est en fait très fatigant.

Le retour vers chez moi se représente comme suit : des heures debout dans une foule sans pareil pour attendre des trains direction Melun, dans lesquels on ne peut monter car ils sont déjà remplis. On retient la foule avec des forces de l’ordre et je fatigue évidement. Donc je décide de monter dans un train qui m’amène à 25 kilomètres de chez moi. Il vaut mieux être à 25 kilomètres qu’à 80. Et je peux avoir une place assise. Après près de deux heures de route je me retrouve à Villeneuve la Guyard en Bourgogne et je me rends compte qu’il n’y a pas de bus, ni de co-voiturage dans ce coin. (Encore une petite histoire qui fonctionne pas trop mal pour certains, mais pas pour tous.) Alors je m’approche d’un petit café-bar pour me reposer un peu, recharger mon portable, boire quelque chose et attendre jusqu’à ce que quelqu’un pourrait venir me chercher. Mais en m’approchant je constate la présence exclusive de mecs qui m’ont déjà repéré à travers des vitres du café. Non merci, je le sens pas du tout, je poursuis mon chemin à pieds, la pluie c’est arrêté pour l’instant, Google Maps indique 5 heures de marches et faire du stop à côté d’une route nationale n’est pas la meilleure option pour une femme seule, mais tant pis. J’ai eu de la chance, car une voiture avec une petite famille s’est arrêtée et ils m’ont gentiment accompagné chez moi. St. Christophe a veillé sur moi en fin de compte. Je suis arrivée chez moi à 20 heures 24.

Aujourd’hui je suis sous calmant pour pouvoir manger à nouveau et garder ma nourriture. Mon médecin traitant m’arrêté pour le reste de la semaine. Lundi je vais reprendre mon travail et faire ce « petit effort » pour le combat des autres qu’il faut comprendre … euh, c’est qui veut dire concrètement que je vais partir de chez moi vers 6 heures du matin pour rouler 25 kilomètres pour reprendre le train de Bourgogne direct Paris. Il faut que je paye un supplément de 15 euros par trajet en plus de mon Navigo plus les carburant bien entendu. Je vais proposer mon trajet en co-voiturage, mais pas sur un site, car je ne voudrais emmener que des femmes. Vous comprendrais …

Mon travail débute à 10 heures 20 et se termine à 18 heures 30 si tout va bien. Je travaille à plein temps car j’ai des responsabilités financières envers ma famille. Je ne travaille pas juste pour m’occuper …
Je vais donc devoir quitter mon poste plus tôt pour retrouver ce train direct pour la Bourgogne. Et rentrer chez moi après 20 heures.

Bon, ce « petit effort » supplémentaire pour la « bonne cause humanitaire » va m’enlever du temps pour ma famille, moi, mes recherches, passions, ma maison, donc pour commencer : Happy Millefeuille fait grève aussi.

Parlons privilèges. J’ai râlé après ce que j’ai dû endurer et la réaction type me faisait comprendre que j’étais privilégié et que je ne devais pas râler pour si peu.
Bon, pour la petite histoire, je suis arrivée à Paris comme une immigré sans argent il y a bientôt 23 ans et je ne connaissais absolument personne. Tout ce que je me suis construite c’est grâce à mes efforts et le seule véritable bon conseil qu’on m’a donné un jour est venu d’une femme de ménage qui me propose encore aujourd’hui du café de temps à autre et on parle ensemble. Elle m’a dit qu’il faut prendre sa place dans la vie comme dans une rame de métro trop pleine – les gens sont obligés de laisser une petite place. Cette femme est adorable, je ne comprends pas toujours tout avec son fort accent d’Afrique du Nord, alors on rigole ensemble et on boit un café vite fait en cachette.

Pour ma présence sur internet j’ai à un moment donné abandonné mon vrai nom et commencé à écrire sous différents pseudos. J’ai tout donné pour un projet musical, l’écriture, la photo. Avec des bons conseils de pleins de personnes, surtout des hommes, qui parlait de faires des rencontres et s’ouvrir aux opportunités (sous-entendu : si on couchait ensemble, ça pourrait arranger tes soucis d’argent et t’aider dans ta carrière artistique).

… euh … c’était comment déjà ? Hashtag #metoo #balancetonporc et « faire des petits efforts »

Et maintenant je me trouve devant un point mort. Ce blog perd tout son sens pour moi. Il ne m’apporte rien pendant cette période de souffrance et de galère.

Les réactions des gens autour de moi suite à mon agression sont très parlant et je vous préviens. Si ça ne vous est jamais arrivé sachez qu’il y aura pas grand monde pour vous aider ! Tout le monde détourne le regard ou vous noie sous des conseils idiots pour se débarrasser de vous et se donner bonne conscience. Je dis bien : TOUT LE MONDE ! Seulement mon médecin m’a réellement écouté – il est obligé, je le paie pour ça et je l’ai choisi comme médecin traitant. Mes filles écoutent aussi, mais ce sont mes filles ! Je tiens à les protéger au maximum et ne veut pas les accabler par mes galères. Mais les autres sont trop occupés avec leur vie et leurs opinions ou bien content de ne pas être si proche que ça de moi finalement car une agression sexuelle ou pire un viol ça fait toujours tache.
J’ai même entendu dire que je devais faire attention la prochaine fois et ne pas me défendre trop violent, je pourrais blesser mon agresseur et il pourrait porter plainte contre moi. (Mais bien sûr, j’en prends bien note de ton conseil à la con !)

Pour l’instant je délaisse mon blog et ma présence sur Facebook, probablement même sur Instagram. Ça ne me sert strictement à rien en ce moment. Je vais continuer étudier mes pierres, lire mes livres, boire du thé, même faire un voyage et prendre des photos, mais comme avant Internet. Je vais faire une détox des réseaux sociaux et voir ce que ça donne. Tant pis si je perds des abonnés. Entre nous – la plupart s’abonnent uniquement à un compte Insta ou WordPress pour attirer l’attention sur ce qu’ils ont à vendre eux. C’est comme faire une expo – on rencontre un max de pique-assiette qu’ils vous laissent tous leurs cartes de visites afin que vous alliez voir leurs trucs à eux, mais pendant ce temps vous ne vendez rien. Mais en attendant vous êtes content car vous croyez aux rencontres, aux ouvertures … mon œil !

J’avoue, j’ai envie de revivre un peu comme avant – sans réseaux sociaux. Prendre des photos pour la beauté de la chose sans se demander si ça plaît à sa communité, ses followers … faire des dessins et des peintures juste pour moi, sans les partager avec le plus grand nombre de visiteurs, sans être instagramable, me balader quelque part sans penser quelle image ça va donner pour mon profil Facebook et Instagram et je vais voir ce que ça donne.

En attendant, au revoir et prenez bien soin de vous ! Protégez vos filles, vos enfants, pensez aux femmes et parlez de tous ce qui ne va pas, même et surtout si ça dérange.