Posted on 4 commentaires

Pour mon coin lecture : Virginie Despentes « Vernon Subutex 1 et 2 »

Vernon Subutex 1

Je viens de terminer deux livres dans l’air du temps, vous voyez, ils font partie des best-sellers et font couler beaucoup d’encre. Tout monde en parle et j’avoue que ça peut être plaisant de se trouver avec un bouquin dans les mains que des connaissances ont lues aussi, ça donne tout de suite un sujet de discussion.

Alors j’ai envie de partager avec vous mon expérience de lecture « Veron Subutex 1 et 2 »

De quoi on parle dans le premier livre : Paris, aujourd’hui, un homme, ancien disquaire dans la capitale qui a bien connu le monde de la musique, des artistes, du rock et toute la scène qui va avec. Aujourd’hui il est perdu dans le tournant de notre histoire et il est enchainé à Paris et ses habitants, des amis qui ont fait son monde, il est à la dérive et il cherche à survivre en utilisant ses connaissances et potes d’avant. Il détient des infos d’une star de la musique récemment décédée et espère de pouvoir se servir de ce testament.

Le livre est sorti le 7 janvier 2015 aux Editions Grasset. On se confronte aux questions qui nous hantent tous les jours : comment payer son loyer, comment faire quelque chose dans sa vie, comment survivre, comment gérer des infos sur internent, la politique, la précarité, les différences et injustices des classes sociales et le changement de notre époque.

Pour moi il est important de marquer la différence entre la vie des années 80 comparé à aujourd’hui. Certes, le temps passe, à la seule différence que les enfants de ses années étaient réellement convaincus que tout allait être possible dans leur monde. En tous les cas des messages du contrôle de masse allaient dans ce sens. Maintenant il faut prendre conscience de ce méfait et regarder la vérité en face. Peu de choses peuvent rapidement dérégler la vie d’un humain. Chaque personnage dans ces deux livres tente de se rassurer de ses propres convictions. Ils dépensent beaucoup d’énergie pour malgré tout poursuivre leur route. Peu importe s’ils sont sur la bonne voie ou pas.

Ce que j’ai pensé de cette lecture : tout d’abord j’étais fasciné par des avis des protagonistes si arrêtés, si dur envers d’autres personnes qui les entourent. Par exemple comment un mec totalement paumé passe son temps à juger toutes les femmes sur leur façon d’être, de s’habiller, de vivre. On a envie de lui demander qui lui a donné cette permission ? Mais je crois que beaucoup de gens vivent ainsi, des vies par procuration des images des autres interprétés par leurs pensées étroites à se confirmer leur façon d’être et trouver un semblant d’assurance.

J’ai vécu à Paris pendant 12 ans et j’ai rencontré des nombreuses personnes qui correspondent bien à la description des personnages des livres. Je sais aussi combien la vie à Paris est dure et oppressante. Paris devient le monde et c’est déroutant comme sensation. Paradoxalement on n’est jamais seul à Paris et tout le temps seul. J’ai observé ce cirque et personnellement je trouve ça important de pouvoir prendre des distances car une ville comme Paris ne peut jamais être le monde tout simplement. La suffisance des Parisiens peut être destructrice surtout pour eux-mêmes. Mes rencontres l’ont hélas confirmé. Pour illustrer cette situation il suffit d’imaginer un adulte se loger dans un 18 mètre carré à un prix hallucinant et se prendre pour un demi-dieu rien pour ça. Paris fait croire à la liberté, mais c’est juste une prison. Un véritable Parisien est constamment occupé à afficher les attitudes qui confirment son existence pour se faire croire à lui-même qu’il est authentique. Voilà le message que Virginie Despentes profile clairement.

Vernon Subutex 2

Lire ces livres ? Pourquoi pas ! Les deux se lisent facilement, mais je conseille de les lire avec une bonne dose d’humour comme il convient toujours quand les humains se prennent trop au sérieux. D’ailleurs je ne vois pas comment on pourrait faire autrement dans notre époque. Personnellement j’ai beaucoup apprécié cette lecture pour me reconnecter avec certaines réalités. J’ai choisi ce livre un jour ou j’ai oublié ma lecture en cours sur mon trajet quotidien. J’avais déjà remarqué la couverture à l’affiche au moment de la sortie du livre. J’imaginais un bon délire bien flippant à la Steven King car je ne connaissais pas Virginie Despentes jusqu’à ce moment.  Les mots comme « légende urbaine » et « formidable cartographie de la société française contemporaine » m’ont décidé de me lancer dans cette lecture.

 

Posted on 5 commentaires

Ma première sélection de l’édition « Le livre de poche »

le-livre-de-poche

Hello chers lecteurs et amis des livres, ce post devrais vous plaire. Tout au début de ce blog j’avais déjà écrit quelques lignes sur le fait que des livres font vraiment partie de ma vie et tous ceux qui me connaissent dans la vraie vie savent, qu’ils me trouvent toujours avec un bouquin dans mon sac.

Quand je suis arrivée à Paris j’ai pris vite l’habitude de lire en Français, même si ça me prend plus de temps. (Je lis toujours plus vite en Allemand, ma langue maternelle – normal !)

Pourquoi je n’ai pas commencé à écrire sur certains de mes titres que j’ai lus ? Tout simplement parce que je ne voulais pas dédier ce blog uniquement aux livres. Je garde toujours dans l’esprit que la vie selon moi est un « MilleFeuille » à déguster sans modération et quand on se concentre un peu un découvre continuellement des petits trésors – et des livres pour moi en font partie mais pas seulement.

livre-de-poche-2

Donc aujourd’hui j’ai décidé de présenter pour la première fois trois livres dans mes derniers PAL (piles à lire). (En fait #pal c’est un hastag très utile sur Instagram quand on veut présenter son choix de lecture.)

Comme vous pouvez le voir il ne s’agit pas de mes premiers livres de l’édition « Le livre de poche » mais j’ai choisi ces trois car j’ai craqué pour cette sélection avec la fameuse offre de l’époque : deux livres achetés, un livre offert. Cela faisait longtemps que je n’avais rien lu d’Amélie Nothomb, alors j’ai fait mon choix chez cet éditeur.

livre-de-poche-1

Dès le début de mon blog j’ai ouvert un compte sur Goodreads pour pouvoir collectionner mes lectures. J’aime beaucoup aussi le concept de Bookcrossing et des Petites Librairies gratuites dans ma ville et un peu partout dans le monde. On a bien beau aimer des livres, ça fait du bien de partager certains titres et de ne pas tous les garder à la maison – enfin, c’est mon avis.

Et maintenant les titres :

acide-sulfurique-amelie-nothombAmélie Nothomb – « Acide sulfurique »

Des personnes comme vous et moi sont sélectionnés pour participer à un horrible jeu télévisé dans lequel les participants sont insultés par leurs gardiens et à un moment donné choisi pour mourir. Une des femmes surveillants se consacre pleinement à son nouveau travail après une longue période de chômage, mais elle rencontre parmi les prisonniers une jeune et belle femme qui représente aux yeux de tous son contraire absolu.

L’audimat de cette absurde téléréalité doit être poussé au maximum quand les téléspectateurs peuvent décider qui doit mourir.   

Amélie Nothomb se contente d’écrire sur ce vaste sujet seulement un petit livre mais qui nous permet de bien entrer dans l’absurdité du fonctionnement du genre humain. Évidement on pourrait développer tout dans tous les sens mais ce n’est pas nécessaire – la réflexion est bien présente.

Quand je lis Nothomb et j’ose avouer à quelqu’un de mon entourage que je suis pris dans son texte la conclusion est généralement que selon le goût de l’autre l’auteur est un peu fo – folle en occurrence et la discussion s’arrête là. Malgré ce manque d’échange évident je me souviens de tous les protagonistes des récits de Nothomb avec une précision étonnante. Je suis donc tout à fait d’accord avec l’excellence de son travail. La justesse de ses petites phrases courtes et ses textes que semblent si réels sur un fond fantastique me paraissent justes et tranchants. On angoisse en lisant l’histoire mais le bon et l’espoir donnent envie de continuer. J’ai beaucoup aimé ce livre sombre et flippant.

bernard-werber-troisieme-humanite

Bernard Werber « Troisième Humanité »

Quand on lit « Troisième Humanité » on se demande forcément comment ont été les deux humanités précédentes ? Des chercheurs de nos jours se confrontent à une quête sur la vérité fantastique de l’évolution du genre humain. En parallèle la terre nous raconte son point de vue et le tout est très stressant car il faut jongler avec la pression des évènements étrangement familiers de nos actualités.

Un livre amusant et fantasque mais étonnamment proche de nos réalités quand on nous observe nous. Le fait de faire parler la terre comme une personne, faire vivre un passé fantastique et un futur qui ressemble un peu à notre présent est très ingénieux.

En lisant je me suis beaucoup attachée aux protagonistes humains et j’aime la façon de Werber de voir les femmes.

L’image que l’humanité avance de trois pas dans son évolution et recule de deux me semble très pertinente. Mais à la fin de cette lecture je suis contente de me consacrer à des choses plus légères et presque futiles. En tous les cas l’auteur nous enseigne beaucoup d’humour et surtout d’autodérision envers nous, les pauvres humains.

hugh-howey-siloHugh Howey « Silo »

Je suis très contente d’avoir découvert cet auteur qui a commencé à écrire son roman de science-fiction à compte d’auteur. Le nombre des lecteurs a attiré l’intérêt des éditeurs. Je suis fascinée par son sens du détail et la persévérance avec laquelle il fait vivre ses héros. Il ne ménage pas ses lecteurs et jusqu’à la dernière page on ne sait pas de quelle façon va se terminer l’histoire. D’ailleurs elle ne se termine pas, elle donne envie de continuer à lire. J’ai hâte de découvrir la suite quand l’occasion se présente.
Pour les adeptes de la science-fiction et des personnes qui aiment des romans à suspense « Silo » est un régal.
Hugh Howey fait jouer son histoire dans notre monde post apocalyptique en prenant soin du développement et interactions des protagonistes. Les combats sont assez singuliers. L’action ne manque pas et on a envie de connaître la suite.