Publié par Laisser un commentaire

On ne se prend pas le chou !

On ne se prend pas le chou !
On ne se prend pas le chou !

Comme nous avons tous hâte d’accueillir le printemps et j’ai des belles photos en réserve de la réalisation d’un plat plutôt hivernal, je me suis dit qu’il faut que je le poste aujourd’hui. Il fait encore bien froid dehors donc on peut toujours en avoir besoin de ce genre de repas. C’était il y a quelques semaines déjà, je me suis retrouvée au fond de mon canapé avec une grosse crève en train de regarder la télé vers treize heures – chose que je ne fais jamais d’habitude. À ce moment j’avais besoin de me reposer, de m’évader sans effort et à la télé ils présentaient une dame qui cuisinait un chou vert avec ses enfants pour toute la famille. Je n’avais jamais préparé ce légume et j’aimais bien la présentation. Malheureusement je ne me souviens plus de la chaine, ni du nom du plat ou la région. Mais je me rappelle bien des ingrédients. En fait elle avait dit une chose très importante : on peut mettre un peu ce qu’on a dans ce plat. Bon, il reste quand même quelques étapes à respecter et il faut prévoir un peu de temps mais sinon c’est un repas facile à préparer.

Des bons légumes !
Des bons légumes !

Dès que je pouvais je suis retournée faire quelques courses et revenue avec un chou vert et plein d’autre chose. Je trouve qu’un chou vert est très beau à regarder, très décoratif avec ses feuilles bien dessinées.

Pour préparer ce plat j’ai pris :

1 chou vert

5 belles carottes

6 navets

1 oignon

3 gousses d’ail

3 pommes à la chair ferme et au gout sucré

Quelques petites pommes de terre à la chair ferme

1 saucisse à l’ail

200 g de jambon fumé coupé en cubes

Du bouillon de légumes

Sel et poivre

De l’huile d’olive

Il faut bien décortiquer les feuilles du chou, garder des plus belles dans leur forme intacte, le reste on peut le couper en fines lamelles. J’ai fait revenir le chou coupé quelques instants dans l’huile d’olive dans une grande cocotte minutes, ajouté les grandes feuilles et couvert le tout avec le bouillon de légumes. Une fois le couvercle fermé je laisse cuire environ 20 – 25 minutes sous pression. Pendant ce temps je prépare les carottes, les navettes, les pommes de terre, l’oignon et l’ail. Je les coupe en morceaux et les fais revenir dans une casserole dans un peu d’huile d’olive. Assaisonné de sel et de poivre je laisse chauffer 15 à 20 minutes sous couvercle et je préchauffe le four à 200°.

Une fois les feuilles du chou sont précuites je le retire du bouillon et étale des belles feuilles dans un grand plat pour le four avec couvercle. Dans ce lit de feuilles je dépose les légumes, le chou en lamelles et la saucisse coupée en cubes ainsi le jambon et des pommes coupées en petits quartiers. Je recouvre le tout avec les belles feuilles restant, j’ajoute le bouillon de légumes, je ferme le plat et le tout va au four pendant au moins une heure. On peut le laisser plus longtemps. C’est un bon repas qu’on peut préparer à l’avance et laisser longtemps au chaud. À table j’ai aimé servir un bon vin blanc, j’ai une préférence pour le Sancerre.

Si quelqu’un connaît ce genre de plat et peut me dire comment il se nomme je serais ravie. J’aimerais également savoir de quelle région il provient et quelles sont des variantes. En tous les cas j’ai adoré déguster mon premier chou vert cuisiné par moi-même. Ma famille a été bon publique. Ils n’ont pas sauté de joie quand j’ai annoncé que nous allions manger du chou au dîner mais curieusement ce plat a été consommé très rapidement. J’ai envie de tenter d’autres recettes aux choux bientôt.

Chou vert pour un dîner en famille !
Chou vert pour un dîner en famille !

 

Publié par 2 commentaires

Faire du pain soi-même

Préparation et repos de la pate à pain ... chaud et choux :)
Préparation et repos de la pate à pain … chaud et choux 🙂

Se préparer quelque chose de bon à manger ou à boire me procure vraiment du plaisir – j’adore ça ! Mais faire son propre pain c’est vraiment quelque chose. J’avais tenté l’expérience il y a quelque temps déjà et j’avoue ce moment m’avait marqué. C’était une période d’incertitude absolue (bon, ça n’a pas vraiment changé mais à l’époque j’étais au chômage, une sorte d’année sabbatique, à la maison avec mes filles. Je n’ai jamais autant travaillé qu’à ce moment-là et mes puces ont adoré d’être avec moi pour déjeuner, après l’école et pendant toutes les vacances … mais je m’égare.)

En faisant des courses j’avais vu au rayon des sucre et co. de la farine pour faire son pain et j’avais envie de tester.

C'est bon !
C’est bon !

Évidement j’en avais pleins des mains et heureusement mes filles ont été là pour m’aider à ajouter la farine nécessaire pour que cette masse colle moins. Mon chat avait vite pigé que j’étais sans défenses et profitait carrément de la situation pour voler quelque chose à manger. Quoi, j’ai oublié mais je me souviens d’avoir dégusté la première tranche du pain fait par moi-même au soleil devant la maison. J’avais même passé des coups file à des proches pour leur parler de cet événement. Eh bien, je n’avais pas acheté de machine à pain, je me suis simplement servie de mon vieux four.

Et quelques temps années plus tard je tombe sur un article dans un de mes magazines fétiche – Happinez – avec des recettes de pain délicieux. Je me suis dit : sois sage avant de t’aventurer dans des recettes laborieuses et exerces-toi d’abord avec un pain simple. Donc je ne veux pas me vanter d’une recette extraordinaire. J’ai simplement acheté un paquet de farine Francine pour pain complet. J’ai beaucoup aimé l’explication détaillé de la recette au dos du paquet et le résultat était vraiment bon. Toute la maison parfumée avec une bonne odeur de pain chaud. La pâte qui se repose as un côté mignon sous son torchon, presque vivant. Mes filles trouvaient ça ‘Kawaii’ (oui, elles sont fans des mangas et du Japon).

Ce que j’ai appris grâce à cette recette sur le dos du paquet de farine par exemple était qu’il faut absolument mettre un ramequin d’eau dans le four pendant la cuisson afin que le pain reste souple, ne dessèche pas …

Autrement dit – il faut se prendre au jeu et essayer. Une fois mon paquet des farines épuisé je vais m’attaquer aux recettes plus sophistiquées et je vais partager mes expériences sur ce blog.

Bon appétit.

Simple de faire plaisir !
Simple de faire plaisir !